Tout sur IRM

Il fait peut-être très froid, mais la Belgique ne connaîtra probablement pas de vague de froid au sens officiel du terme, indique mardi David Dehenauw, météorologue à l'IRM. "Je ne l'exclus pas mais le risque est faible." Pour parler de vague de froid, il faut cinq jours consécutifs avec des maxima négatifs ainsi que trois nuits avec des températures inférieures à -10 degrés.

L'Institut royal météorologique (IRM) prévoit encore des chutes de neige jeudi soir, a-t-il annoncé jeudi après-midi. Une accumulation supplémentaire de 1 à 3 cm est possible. Cet avertissement orange, qui débute à 16h00 et prend fin vers 19h00, concerne les provinces de Liège, de Namur et du Luxembourg.

Francis pourra être considéré comme une tempête ayant touché la Belgique. Le météorologue David Dehenauw a posé ce constat mardi soir après que le point de mesure Westhinder, situé à une trentaine de kilomètres de la Côte, mais toujours en eaux territoriales belges, a mesuré une vitesse de vent moyenne de 9 Beaufort. C'est l'intensité reconnue lorsque l'on parle d'une tempête.

La météo ce mercredi sera dans un premier temps généralement ensoleillée mais des nuages se développeront en cours de journée dans l'intérieur des terres et le risque d'orage local augmentera. Les orages pourront être intenses et accompagnés de grêle. Il fera toujours très chaud avec des maxima qui oscilleront entre 29°C à la Côte et 35°C dans l'intérieur du pays, voire localement un peu plus, prévoit l'IRM.

La phase d'avertissement du plan "fortes chaleurs et pics d'ozone" sera activée à partir de ce dimanche 2 août, indique la Cellule interrégionale de l'environnement (Celine-Ircel). L'IRM prévoit, à partir de mercredi, un temps plus chaud avec une importante augmentation des températures.

En mai, il n'est tombé à Uccle que 5,4 mm de précipitations, en six jours, contre une normale de 66,5 mm en 16,2 jours, indique l'IRM lundi dans son bilan climatologique mensuel. Il faut remonter au mois de mai 1833 pour trouver un mois aussi sec, avec 1,4 mm de pluie, souligne l'IRM.

"Si la pluviosité du mois de juin est semblable à celle que l'on a habituellement, à savoir 71 mm, ce ne sera pas une trop grosse catastrophe pour les cultures", déclare vendredi Etienne Ernoux, agriculteur et président de la commission productions végétales de la Fédération wallonne de l'Agriculture (FWA). "Le mois de juin permettra de dire si ça va passer ou casser", ajoute-t-il alors que la pluviosité des mois d'avril et mai était extrêmement basse, mettant à mal les différentes cultures.

Le SPF Intérieur a activé samedi le numéro 1722, destiné aux appels non-urgents, en raison des prévisions d'orages de l'Institut royal météorologique (IRM). Le 1722 entre en vigueur lors d'intempéries afin de ne pas surcharger les numéros 100, 101 et 112.

Une zone de pluie peu active s'enfoncera sur le pays, lundi en début d'après-midi, à partir de l'ouest, en se désagrégeant. Le temps restera doux avec des maxima proches de 18°C sur le centre, avec un ciel bien ensoleillé et un vent modéré. Les pluies progresseront vers l'est, dans la soirée, tout en s'affaiblissant nettement, d'après les prévisions de l'Institut royal météorologique (IRM).

Le ciel sera couvert vendredi avec de la pluie tout au long de la matinée. Il s'éclaircira dans l'après-midi et laissera place à un temps plus sec avec, néanmoins, une possibilité d'averses par endroits. Les maxima atteindront 3°C en Ardenne et 8°C en Flandre, selon les estimations de l'Institut royal météorologique (IRM). Le vent sera modéré à fort au littoral nord-ouest, avec des rafales atteignant 50 à 60 km/h. Le temps sera similaire samedi avec des passages nuageux plus fréquents dans l'est et des maxima autour des 10°C.