Tout sur investisseur

S'il est un biais psychologique qui nous influence tous, c'est bien notre rapport à l'argent. Le sujet demeure extrêmement chargé en émotions, tant il cristallise les passions : besoin de reconnaissance, plaisir de dépenser, désir d'accumuler mais aussi peur de montrer trop de richesse ou satisfaction de pouvoir l'étaler... l'argent est loin de laisser indifférent. Une décharge émotionnelle qu'il faut surmonter afin de planifier sereinement ses besoins financiers futurs. Pour y parvenir, parlez-en !

Dans le premier volet de notre série 'La psychologie de l'investisseur', vous avez découvert les principaux biais faussant le raisonnement des investisseurs. Ces biais peuvent même contribuer à la formation et à l'aggravation de crises financières. Comme la crise de 2008, qui, huit ans plus tard, berne toujours une frange des investisseurs. Voici retracé le fil de cette crise sous l'angle des biais cognitifs et émotionnels.

Chaque semaine, jusque fin novembre, apprenez à vous familiariser avec le fonctionnement de votre cerveau au travers de différentes situations financières. Un dossier réalisé en partenariat avec Beobank.

Même s'il pèse un peu moins d'un kilo cinq cents grammes en moyenne, notre cerveau est d'une grande complexité. Ses cent milliards de neurones présentent un nombre considérable de connexions dont on commence à peine à explorer la densité. Et lorsque les émotions viennent en plus interférer dans nos modes de réflexion et de décisions, nos choix en matière d'investissement peuvent en être complètement bouleversés.