Tout sur Inge Neven

En mentant sur leur code postal, quelques milliers de Flamands et Wallons ont fraudé en se faisant vacciner à Bruxelles. La Commission communautaire commune (Cocom) a décidé de durcir ses moyens de contrôle. Entretien avec Inge Neven, responsable du Service de l'inspection de l'hygiène de la Cocom.

Contrairement à la Flandre, les Bruxellois peuvent utiliser un outil de réservation en ligne pour choisir le centre dans lequel ils souhaitent se faire vacciner et à quelle heure, rapporte De Standaard vendredi. Il s'avère en outre que la première lettre du vaccin qui sera administré à ce moment-là est toujours indiquée dans le système à côté des heures d'injection, ce qui via quelques clics, permet en fait de choisir le vaccin que l'on y recevra.

La Commission communautaire commune (Cocom) a décidé d'abandonner la plateforme fédérale Doclr pour la gestion de la vaccination en Région Bruxelles-Capitale au profit d'une nouvelle plateforme, rapporte De Tijd mardi soir. Il s'agit de résoudre les plaintes et difficultés pour prendre un rendez-vous via ce système en question. L'information a été confirmée à Belga par la responsable du Service de l'inspection de l'hygiène de la Cocom, Inge Neven.

Les files devant les centres de vaccination sont parfois longues, où se confondent les citoyens en possession d'une convocation officielle et ceux qui n'en ont pas. Mais en fin de journée, où vont les doses des flacons de vaccin ouverts qui n'ont pas été utilisées ? Sont-elles jetées ? Sont-elles administrées à qui le souhaite ?

Dans le cadre de la stratégie de la vaccination, les médecins généralistes jouent un rôle crucial dans l'identification des patients à haut risque. Cependant, certaines associations de médecins généralistes sont très insatisfaites de cette situation. Et à présent, la N-VA demande également que la priorité pour ces patients soit abandonnée. " Nous devons éviter le chaos ".