Tout sur Infrabel

Un train a percuté lundi soir une voiture sur un passage à niveau à Wavre, a-t-on appris auprès d'Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. Aucun blessé n'est toutefois à déplorer. La ligne 139 reliant Louvain à Ottignies a en conséquence été fortement perturbée jusque 21h00 car la circulation n'y était plus possible entre Weert-Saint-Georges (Sint-Joris-Weert) et Ottignies.

Des élections sociales sont organisées dès ce lundi et jusqu'à jeudi dans les Chemins de fer belges, pour la première fois de leur histoire. Ces élections sont prévues à la SNCB (trains), Infrabel (infrastructure) et HR Rail (administration). Au total, 523 représentants seront élus pour les différents organes.

Comme la SNCB recevra bientôt un nouvel accord de gestion et qu'il y aura près de deux ans que Sophie Dutordoir est à sa tête, Knack a demandé à cinq observateurs de la SNCB de faire le rapport de notre compagnie ferroviaire. Ce qui frappe, c'est que malgré des chiffres lamentables de ponctualité, la SNCB est toujours autorisée à augmenter ses tarifs dans les années à venir.

Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot va réunir les deux conseils d'administration de la SNCB et d'Infrabel afin de leur rappeler l'importance de la qualité de service aux yeux de l'actionnaire, indique-t-il mardi en réaction à une enquête selon laquelle seuls six voyageurs sur dix sont satisfaits de la SNCB.

En septembre dernier, 2.701 trains ne sont pas partis ou ont été limités à une partie de leur voyage, indiquent jeudi Infrabel et la SNCB dans leur rapport de ponctualité pour le trafic intérieur voyageurs. Cela représente 2,5% du nombre total de trains, contre 1,4% en septembre 2017 (1.515 trains). La ponctualité globale a par ailleurs baissé, passant de 91,3% en août à 83,9% le mois dernier (87,2% en septembre 2017).

Infrabel, gestionnaire du réseau ferroviaire belge, a enclenché son mode "automnal/hivernal", pour prévenir les éventuelles perturbations traditionnellement liées aux conditions météorologiques de fin d'année, indique l'entreprise mardi.

Infrabel a tenu à saluer le travail de la justice et de la police dans le cadre de l'enquête menée pour retrouver les auteurs des nombreux vols de câbles commis ces derniers mois, et ce "au nom de son personnel qui a été mis à rude épreuve mais aussi en se faisant la voix des utilisateurs du rail qui ont lourdement pâti des retards consécutifs à ces vols", a indiqué jeudi le gestionnaire du rail par communiqué.

Un député du PTB postule à la SNCB pour éviter la libéralisation du rail. "Depuis des années, les technocrates européens au service des multinationales préparent la libéralisation. Mais la catastrophe ferroviaire anglaise tempère les ardeurs." Voici sa lettre de motivation.

Le nombre d'accidents à hauteur des passages à niveau a légèrement diminué au premier semestre 2018 par rapport à la même période en 2017, a annoncé dimanche le gestionnaire d'infrastructures ferroviaire Infrabel à l'occasion du dimanche sans voiture. "Malgré cela, nous appelons à la vigilance et au respect des règles de circulation", indique Frédéric Petit.

Le trafic des trains sera totalement interrompu entre Namur et Ottignies, dans les deux directions, pendant six week-ends consécutifs, annoncent mardi Infrabel, la société gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire, et la SNCB. Le premier de ces week-ends est celui à venir, des 1er et 2 septembre. Cette interruption est due à un chantier de modernisation de l'infrastructure sur la ligne 161 (Namur-Ottignies-Bruxelles).

Comme chaque année, Infrabel profite de la saison des festivals pour sensibiliser au danger du trespassing, soit la circulation illicite sur les voies ferrées, annonce le gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. Après Dour et le Suikerrock à Tirlemont, la campagne "Jump" fait étape au Pukkelpop qui ouvre ses portes mercredi à Kiewit (Hasselt).

Le ministre fédéral de la Mobilité François Bellot est opposé à la proposition de son collègue libéral flamand Alexander De Croo de privatiser le chemin de fer. Plutôt que de privatiser - ce qui n'est pas à l'ordre du jour du gouvernement - il y a lieu de "moderniser", réplique le ministre MR, soulignant que cette évolution est en marche.