Tout sur Ibrahim El Bakraoui

Trois ans après les attentats du 22 mars 2016 dans la station de métro Maelbeek et à l'aéroport de Bruxelles-National, la justice belge a identifié dix suspects, en plus des kamikazes. Il s'agit de Mohamed Abrini, Osama Krayem, Sofien Ayari, les frères Smaïl et Ibrahim Farisi, Hervé Bayingana Muhirwa, Bilal El Makhoukhi, Ali El Haddad Asufi, Youssef El Ajmi et Brahim Tabich. Tous sont inculpés pour avoir fourni une aide à la préparation et à l'exécution des deux attaques.

Cette semaine, la Commission d'enquête sur les attentats de Bruxelles devrait faire le point sur la sécurité en Belgique. Elle souhaite mettre fin aux effets pervers de différentes primes des policiers afin que les bonnes personnes occupent les bons postes.

Le mardi 22 mars 2016, peu avant 08h00, deux djihadistes kamikazes se font exploser dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles. L'attaque marque le début d'une longue et effroyable journée. Une heure plus tard, c'est dans le métro bruxellois, à hauteur de la station Maelbeek, qu'un troisième terroriste déclenche la bombe qu'il transporte dans son sac à dos. Au total, 32 personnes sont tuées et plusieurs centaines d'autres blessées dans ces deux attentats successifs.

L'officier de liaison de la police fédérale en Turquie, Sebastien Joris, a défendu vendredi publiquement la façon dont il s'était occupé du dossier d'Ibrahim El Bakraoui, l'un des terroristes du 22 mars, devant la commission d'enquête parlementaire. "En mon âme et conscience, je considère que j'ai traité le dossier comme je devais le faire", a-t-il déclaré au cours d'une séance où l'attitude des autorités turques a été mise en cause.

Ibrahim El Bakraoui, l'un des terroristes qui est mort en faisant exploser sa charge le 22 mars à Brussels Airport, déclare dans un enregistrement retrouvé sur un ordinateur jeté dans une poubelle de la rue Max Roos que Mohamed Bakkali n'avait pas connaissance de ses intentions lorsque celui-ci a loué les appartements et voitures pour son compte.