Tout sur Houla

Les observateurs de l'ONU sont finalement arrivés vendredi sur les lieux du massacre d'Al-Koubeir en Syrie, où l'escalade de la violence a poussé les Occidentaux à oeuvrer pour des sanctions aux Nations unies contre le régime de Bachar al-Assad. Dans le même temps, les opérations de répression et les combats entre soldats et rebelles ont encore fait 23 morts à travers le pays, selon l'OSDH.

Une centaine de personnes, dont des femmes et des enfants, ont été tuées mercredi dans la région de Hama, dans le centre de la Syrie, a indiqué le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, dénonçant un "massacre" perpétré par les forces du régime.

L'armée syrienne a repris mercredi son pilonnage de la localité de Houla, théâtre d'un massacre dénoncé par la communauté internationale, la violence ne connaissant aucun répit en Syrie avec la mort de 62 personnes malgré les mises en garde internationales.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a réclamé dimanche que les auteurs du massacre de Houla (centre de la Syrie), qui a fait vendredi une centaine de morts dont plus de 32 enfants, soient identifiés et "traduits en justice" pour rendre compte de leurs actes, tout en imputant la responsabilité au régime du président Bachar al-Assad.