Tout sur homs

Les derniers rebelles syriens qui devaient être évacués jeudi de Homs étaient bloqués en soirée à cause du refus d'islamistes de laisser passer des vivres à deux localités chiites encerclées dans la région d'Alep, ont indiqué le gouverneur et une ONG.

L'armée syrienne se prépare à lancer un assaut final sur Homs et sa province dans le centre du pays, indique mercredi un quotidien proche du pouvoir, une ONG rapportant un bombardement intense des quartiers rebelles de la ville. Et ce a alors que le chef de l'armée turque menace la Syrie d'une "réponse encore plus puissante"

Les violences jeudi en Syrie ont causé la mort d'au moins 134 personnes, voire 234 selon ceraines sources dont la plus grande partie lors d'une violente attaque contre Treimsa, un village de la région de Hama, dans le centre du pays, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La ville rebelle de Homs a été de nouveau pilonnée par l'armée samedi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. Un siège "étouffant", pour un militant sur place.

Les observateurs de l'ONU sont finalement arrivés vendredi sur les lieux du massacre d'Al-Koubeir en Syrie, où l'escalade de la violence a poussé les Occidentaux à oeuvrer pour des sanctions aux Nations unies contre le régime de Bachar al-Assad. Dans le même temps, les opérations de répression et les combats entre soldats et rebelles ont encore fait 23 morts à travers le pays, selon l'OSDH.

Les forces syriennes ont bombardé pendant une heure ce samedi matin deux quartiers de la ville de Homs, dans le centre du pays, au troisième jour de l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, selon une ONG syrienne.

Le cessez-le-feu en Syrie est entré en vigueur ce jeudi à 06H00 locales (05H00), conformément à l'ultimatum fixé par le plan de l'émissaire Kofi Annan visant à mettre fin aux violences meurtrières qui secouent le pays depuis plus d'un an.

Vingt sept civils ont été tués samedi lors d'opérations militaires menées par les forces syriennes dans la ville de Latamna, dans la province de Hama, dans le centre de la Syrie, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'ONU appelle à arrêter les tueries de civils. 47 corps de femmes et d'enfants ont été retrouvés égorgés ou poignardés dans certains quartiers de Homs. Les militants anti-Hassad attribuent ces meurtres au régime, tandis que la télévision d'Etat accuse des "terroristes".

L'armée syrienne bombardait dimanche la ville de Rastane pour tenter d'en chasser les combattants rebelles, quelques jours après avoir pris le quartier de Baba Amr à Homs où le Comité international de la Croix-Rouge est toujours interdit d'accès.

Les journalistes français Edith Bouvier et William Daniels ont le sentiment d'avoir été "directement visés" par les bombardements syriens sur la ville de Homs le 22 février. Ils saluent au passage les insurgés syriens qui "se sont vraiment mis en danger" pour eux.