Tout sur Homs

Evêque de l'Eglise catholique chaldéenne à Alep, la ville martyre, Mgr Audo parie sur la tradition d'humanisme du pays pour croire encore en la cohabitation. "Le regard de certains sunnites sur les chrétiens a changé."

Les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont lancé tôt samedi des frappes concertées en Syrie contre le régime de Bachar al-Assad auquel ils imputent l'attaque chimique présumée du 7 avril dans la ville syrienne alors rebelle de Douma.

Dès 2011, Damas a utilisé le viol comme arme de guerre pour mater et terroriser ses opposants et leur famille, selon une enquête publiée lundi par Libération, qui s'appuie sur des témoignages d'ex-cadres du régime.

Un exceptionnel réseau militaire vieux de 4.000 ans, comprenant forteresses, fortifications, tours et fortins, qui communiquaient par signaux lumineux, a été découvert en Syrie grâce à l'analyse d'images aériennes et satellitaires par une équipe franco-syrienne.

Quand Homs, "capitale de la révolution syrienne", s'est retrouvée à feu et à sang en 2012, cette architecte sunnite a choisi d'y rester par attachement et loyauté à ses racines. Aujourd'hui, elle parcourt le monde pour expliquer comment un urbanisme mal pensé peut jouer un rôle dans la propagation d'un conflit. Son livre The Battle for Home (1) est un appel à rendre la Syrie à nouveau habitable.

Au moins 3.000 personnes, dont près d'un tiers de civils, ont été tuées en septembre dans le conflit qui ravage la Syrie, soit le mois le plus meurtrier en 2017, en raison notamment des offensives contre le groupe Etat islamique (EI), selon une ONG.

Le régime syrien a mis la main dimanche sur la totalité de Homs, avec l'évacuation des rebelles du dernier quartier qu'ils contrôlaient dans cette troisième ville de Syrie, qui avait été surnommée "capitale de la révolution" au début de la révolte en 2011.

Cinq ans après le début du conflit en Syrie, et à la faveur d'un fragile cessez-le-feu, Le Vif/L'Express a traversé le territoire contrôlé par le régime pour tâter le pouls d'une population exténuée. Un récit exclusif.

Au moins 142 personnes ont été tuées dimanche dans une série d'attentats spectaculaires revendiqués par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) dans des zones tenues par le régime en Syrie, tandis que Washington et Moscou poussent pour la mise en place d'un cessez-le-feu.