Tout sur Hillary Clinton

Attaques acerbes contre l'establishment démocrate, tentative de déstabilisation des gouverneurs de gauche : la communication du président franchit toutes les lignes rouges. Sa posture trouve son origine dans une opposition historique sur l'identité nationale.

Diagnostiqué positif au coronavirus il y a 10 jours, le Premier ministre britannique Boris Johnson a été hospitalisé dimanche. Il a ensuite été admis en soins intensifs lundi après-midi " par mesure de précaution ". Le gouvernement britannique tente de rassurer sur l'état de santé du Premier ministre, mais a-t-il intérêt à ne pas dire toute la vérité ?

Sans hésiter, l'air déterminé, Jill Biden a repoussé une militante qui se précipitait vers son époux lors d'un meeting. Une image forte qui traduit bien le rôle central qu'elle occupe dans la campagne de l'ancien vice-président démocrate Joe Biden pour la présidentielle américaine.

Après des "zillions" de meetings de campagne, sept débats télévisés et des abandons en cascade, les électeurs démocrates ont pour la première fois la parole: l'Iowa lance lundi les primaires 2020, un processus de plusieurs mois pour investir celui ou celle qui affrontera Donald Trump en novembre.

"Personne ne l'aime, personne ne veut travailler avec lui": Hillary Clinton, dans un nouveau documentaire, critique méchamment Bernie Sanders, son rival pour la primaire démocrate à la présidentielle américaine de 2016 et dans le peloton de tête pour celle de 2020.

Par sa rhétorique, Donald Trump s'est aliéné une très grande partie de l'électorat noir. A l'approche de la présidentielle de 2020, il se lance cependant dans une entreprise de séduction qui suscite - sans surprise - de vives réactions.

"Ne fais pas le con d'accord? Retire tes missiles de Cuba": John Fitzgerald Kennedy aurait-il écrit pareille lettre à Nikita Khrouchtchev lors de la crise des missiles en 1962? C'est en tout cas une missive parodique de ce style qu'Hillary Clinton a postée dimanche sur Twitter pour se moquer du message envoyé récemment par Donald Trump à Recep Tayyip Erdogan.

En retweetant un message alléguant, sans preuve, que l'ex-président démocrate Bill Clinton pourrait être lié à la mort du financier Jeffrey Epstein, Donald Trump a allongé la liste des thèses complotistes qu'il a contribué à propager.