Tout sur Hilde Crevits

Le roi a décidé de prolonger la mission des informateurs Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) de deux semaines afin de "clarifier davantage les différentes positions" des partis, et notamment celle du CD&V qui pour l'instant refuse fermement d'entrer dans une coalition fédérale sans la N-VA.

De plus en plus de femmes occupent des postes politiques en vue. La Belgique a même un Premier ministre féminin pour la première fois de son histoire. Est-ce que cela signe la fin de la lutte pour la soi-disant " féminisation " du monde politique ? Knack a interviewé des politiciennes à divers niveaux et le chemin reste encore long. En réalité on vient seulement d'entamer le processus de rattrapage.

"Nous allons mener une politique active contre toute forme d'école buissonnière." A travers cette déclaration, le nouveau ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA), vise les élèves qui sèchent les cours pour prolonger leurs vacances de quelques jours, mais aussi et surtout ceux qui participent tous les jeudis aux marches des jeunes pour le climat.

Le vide laissé par Wouter Beke, et que Hilde Crevits n'a pas voulu combler, a poussé pas moins de sept membres du CD&V à se lancer dans la course pour la présidence du parti chrétien . Hier, chacun a été officiellement présenté au siège de CD&V.

Les congrès de participation de la N-VA, du CD&V et de l'Open Vld ont validé mardi soir la mise en place du gouvernement flamand Jambon Ier et révélé le casting ministériel. Au menu : des poids lourds politiques.

Les négociateurs N-VA, CD&V et Open Vld se sont quittés vendredi soir vers 23h00 sans avoir dégagé un accord sur la formation d'un gouvernement en Flandre. Il n'est pas question de crise, mais de nouveaux calculs doivent être entrepris. Un nouveau round de négociations aura lieu samedi.

Le formateur flamand Jan Jambon (N-VA) a donné mardi matin à Bruxelles le coup d'envoi, dans une ambiance "constructive", des négociations qui doivent doter la Flandre d'un nouveau gouvernement qui devrait reposer sur une reconduction de la coalition suédoise rassemblant les nationalistes, les sociaux-chrétiens du CD&V et les libéraux de l'Open Vld, à l'image de l'équipe sortante.

Le CD&V a, après l'Open Vld, indiqué lundi avoir accepté l'invitation de l'informateur flamand et président de la N-VA, Bart De Wever, d'entamer des négociations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement régional avec une majorité "suédoise".

L'ancien Premier ministre Yves Leterme (CD&V) estime que Hilde Crevits ne constitue pas la meilleure option pour prendre la présidence des chrétiens-démocrates flamands, a-t-il déclaré samedi dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. Au vu des résultats du CD&V aux dernières élections, il préconise "une vraie prise de risque".

Un quart de ses électeurs lui ont tourné le dos le 26 mai, le privant de six députés à la Chambre. Avec 14,2 % des voix, le CD&V signe la pire performance électorale de son histoire.

L'ancien député CD&V Eric Van Rompuy redoute un blocage total de la formation d'un gouvernement au niveau fédéral. Dans un interview au journal dominical flamand De Zondag, il prédit même de nouvelles élections.