Tout sur Herman Van Rompuy

Cela donne le vertige de contempler le comportement, de plus en plus contestable, de nombre de dirigeants européens. Ces dirigeants, qui n'arrêtent pas de clamer à quel point la défense de l'Etat de droit et des valeurs européennes constitue leur combat quotidien, dégradent l'image des institutions européennes et préparent la prochaine vague populiste en Europe.

Herman Van Rompuy, ancien président du Conseil européen, s'est entretenu lundi à Bruxelles avec deux représentants de Societat Civil Catalan (SCC), indique l'organisation unioniste, contre-poids du gouvernement indépendantiste catalan. La SCC a également présenté son nouveau projet pour combattre les velléités sécessionnistes en Europe.

Le 3 février, Le Vif/L'Express publiait un éditorial de Gérald Papy sur le choc provoqué par les premières décisions et déclarations du nouveau président des Etats-Unis. Il concluait : "Passé l'incrédulité puis l'effarement, le discours postvérité ou les "faits alternatifs" revendiqués par Donald Trump et ses conseillers glacent d'effroi tant on pressent maintenant à quelles dérives ils sont susceptibles de mener."

Une échevine de la commune à facilités de Rhode-Saint-Genèse (Brabant flamand) a remis, par surprise, sa démission mardi soir à l'issue du conseil communal local. Geertrui Windels (Respect), qui n'est autre que la femme d'Herman Van Rompuy, agit de la sorte afin, dit-elle, de protester contre les vexations dont elle est la victime de la part de ses collègues francophones de la majorité.

A l'époque, Luc Van den Brande, président de l'exécutif flamand provoque un tollé dans l'opinion publique. Après la réforme de l'État de 1993, il affirme que sa région sera autonome en 2002. La réaction du Palais ne se fait pas attendre. Le Roi convoque successivement Dehaene, Van Rompuy et le principal intéressé : Van den Brande.

Luuk van Middelaar, l'ancien conseiller d'Herman Van Rompuy prône une troisième voie entre " la pure vision dénuée d'action " et " le pragmatisme sec qui n'inspire plus ". Et appelle à regagner la confiance du citoyen.

Le Japon a nommé l'ancien Premier ministre belge Herman Van Rompuy "ambassadeur du haïku", chargé de promouvoir ce fameux poème classique japonais dans le cadre des échanges culturels entre le Japon et l'Union européenne.

Herman Van Rompuy, l'ancien président du Conseil européen, va recevoir une prime de départ estimée à 630.000 euros. Selon l'Europe, il aurait reçu cette somme, car il ne lui serait pas possible de trouver un emploi qui n'éveillerait pas des doutes concernant d'éventuels conflits d'intérêts.

Herman Van Rompuy quittera lundi la présidence du Conseil européen et la politique. Dans un entretien accordé au journal Le Soir jeudi, il estime que les mesures gouvernementales vont dans la bonne direction, mais qu'il "faut aussi être à l'écoute de la société".

L'Union européenne est mieux placée que les Etats-Unis pour continuer la médiation en Ukraine, a déclaré le président du Conseil européen Herman Van Rompuy vendredi lors de l'émission Reyers Laat sur Canvas. "Je pense que les Américains n'auraient pas dû s'en mêler et auraient dû nous laisser faire."