Tout sur Herman Goossens

Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke (Vooruit), a demandé aux experts en matière de covidde se pencher sur un rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies qui suggère que les personnes ayant été vaccinées peuvent se rencontrer à l'intérieur, sans porter de masque.

Vendredi dernier, le Comité de concertation a annoncé la possibilité d'une série d'assouplissements à partir du 1er mai. Pour réduire le risque de contamination, il misera sur les tests antigéniques rapides. Une solution qui permettrait de retrouver une partie de notre liberté, certes, mais qui n'est pas un remède miracle.

Des tests rapides et autodépistages devraient être largement diffusés afin de permettre davantage d'activités intérieures à partir du mois de mai, a décidé vendredi le Comité de concertation. L'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS) se dit samedi en attente de davantage de clarté sur ces tests rapides et demande un cadre juridique pour la vente des autotests à la population.

Le virologue Marc Van Ranst (KuLeuven) ne cache pas son inquiétude à propos des variants du coronavirus qui circulent sur le territoire belge. " La perfidie de la situation actuelle c'est qu'elle est encore invisible, une partie se trouve sous la surface ", déclare-t-il à la VRT.

Professeur en microbiologie, Herman Goossens (Université d'Anvers) met en garde sur Twitter contre une hausse inquiétante du nombre d'infections au variant britannique. " Nous n'avons toujours pas réalisé ce qu'il se passait : si nous n'intervenons pas rapidement, nous risquons une nouvelle pandémie avec ce variant ". Il appelle une nouvelle fois à respecter strictement les mesures.

Plusieurs foyers de coronavirus ont été détectés dans différentes communes de Campine ces derniers jours, ce qui y suscite de l'inquiétude quant à une possible variante du virus, a expliqué dimanche au journal De Tijd le microbiologiste Herman Goossens. Selon lui, il faut à présent poursuivre les analyses afin de savoir si cette variante est en effet plus contagieuse que d'habitude.

Le ministre-président flamand, Jan Jambon, n'a pas exclu dimanche d'adopter dans l'immédiat des mesures plus strictes pour lutter contre la propagation du coronavirus en Flandre - à l'image de ce qu'ont décidé la Wallonie, la Fédération Wallonie-Bruxelles et Bruxelles -, tout en souhaitant attendre dans un premier temps de voir l'effet des mesures prises jeudi au niveau fédéral.

Il a essentiellement été question de politique de testing et de vaccins, mardi matin, lors de la Conférence interministérielle (CIM) Santé, qui réunissait les ministres de la Santé du fédéral et des entités fédérées. La mise en place d'un outil permettant de surveiller la capacité quotidienne des laboratoires afin de ne pas les saturer y a notamment été abordée, a-t-on appris à bonnes sources.

Selon nos confrères de HLN, la Belgique est sur le point de modifier sa stratégie de lutte contre le coronavirus en déployant les tests rapides sur le pays. Révélant la positivité en 15 minutes, ces tests révolutionneraient notamment la gestion de crises dans les maisons de retraite ou encore les écoles.