Tout sur Hendrik Vuye

"Peter De Roover aime être sous les feux des projecteurs, parfois trop", dit quelqu'un qui le connaît bien. Celui qui est passé de faiseur d'opinions à porte-parole infatigable de la N-VA ne l'a pas fait sans douleur. Portrait.

Le nationalisme flamand a le vague à l'âme. La participation de la N-VA au gouvernement fédéral, décidée il y a quatre ans, s'est soldée par un gel communautaire qui n'a pas fondu au soleil de l'actualité. Ses principaux protagonistes, dont l'ultrapopulaire secrétaire d'Etat Theo Francken, ont replacé le débat sous l'angle identitaire. Au grand dam de ceux qui continuent à se battre pour une autonomie accrue de la Flandre - voire pour son indépendance.

Les anciens membres de la N-VA font l'annonce de la fondation de ce nouveau parti, en marge de la publication d'un nouveau livre "Vlaanderen Voltooid. Met of zonder Brussel ?" ("La Flandre achevée. Avec ou sans Bruxelles ?"), dans une interview accordée à Het Belang van Limburg.

Après la suppression des facilités administratives en périphérie bruxelloise et le long de la frontière linguistique, les députés Hendrik Vuye et Veerle Wouters, deux ex-N-VA alliés, pour l'occasion, au Vlaams Belang, réclament la fin des facilités linguistiques en matière d'enseignement dans les communes concernées.

Le député fédéral Hendrik Vuye (Vuye & Wouters) estime que la lettre envoyée par l'avocat du prince Laurent au Premier ministre tient la route sur plusieurs points. "Le prince a comme n'importe quel citoyen le droit de se défendre. Certains aspects de la législation sont d'ailleurs contraires à la convention européenne des droits de l'homme", a déclaré vendredi M. Vuye, ardent opposant à la monarchie, sur les ondes de Radio 1.

Le rapport linguistique 2016 du vice-gouverneur de la région linguistique bilingue Bruxelles-Capitale vient de sortir. "La loi linguistique à Bruxelles restera toujours lettre morte", estiment Veerle Wouters et Hendrik Vuye.

"Une nouvelle unité de centre-droit prend de l'ampleur dans le pays et la Belgique semble à nouveau avoir un Premier ministre fort", écrit Luc Van Der Kelen du mouvement B Plus.

Pour le député Hendrik Vuye (ex-N-VA), le confédéralisme de la N-VA est plus éloigné que jamais : "les problèmes belges demeurent, il n'y a plus de PS à enfumer, et les partis qui doivent former les nouveaux gouvernements francophones sont tous très belgicistes."

S'il en est un qui a de la suite dans les idées, ressassant sans cesse le même leitmotiv, c'est bien Jules Gheude, ancien membre du Rassemblement wallon.