Tout sur Helsinki

En pleine polémique sur ses déclarations d'Helsinki, Donald Trump s'est dit jeudi impatient d'une nouvelle rencontre avec Vladimir Poutine, s'en prenant aux médias coupables à ses yeux de ne pas avoir souligné le "grand succès" de leur sommet.

Le président américain Donald Trump a tenté mardi de limiter les dégâts causés par sa rencontre avec Vladimir Poutine, en revenant totalement sur ses propos jugés trop conciliants à l'égard du maître du Kremlin.

Alliés déboussolés, adversaires courtisés, classe politique américaine en émoi: la tournée européenne de Donald Trump et sa tentative de rapprochement avec Vladimir Poutine a accéléré le grand chambardement diplomatique voulu par l'iconoclaste président des Etats-Unis, mais semble aussi avoir suscité une résistance nouvelle à Washington.

Si le président américain Donald Trump a estimé que son entretien avec son homologue russe Vladimir Poutine lundi à Helsinki était un "très bon début" à leurs efforts communs pour apaiser les tensions entre Washington et Moscou, les réactions des démocrates et des républicains n'étaient, elles, pas aussi optimistes.

Le président américain Donald Trump a affirmé dimanche au journal britannique Mail on Sunday qu'il briguera un second mandat en 2020. "Tout le monde veut que je le fasse, je ne m'attends pas à être battu par un démocrate", a-t-il déclaré.

Alors qu'il se rendait à Moscou il y a cinq ans pour le concours de Miss Univers, Donald Trump s'est demandé s'il y croiserait par hasard Vladimir Poutine: "Si c'est le cas, deviendra-t-il mon nouvel meilleur ami ?" Le milliardaire devenu président des Etats-Unis s'apprête maintenant à rencontrer son homologue russe pour leur premier sommet bilatéral lundi, à Helsinki, dans un tout autre contexte. Mais cette question reste sur toutes les lèvres.