Tout sur Greta Thunberg

2019, année de la femme ! Pas de la parité, non, il ne faut (pas encore) exagérer. Mais bien de la visibilité. Succès artistiques, professionnels, médiatiques, sportifs... Il y a plus d'égalité dans l'air, depuis que #MeToo l'a oxygéné. Ce qui n'empêche pas certains de suffoquer : les masculinistes et autres réactionnaires sont plus que jamais au taquet.

Ils sont partout. Ils apparaissent aux avant-postes dans de nombreux mouvements contestataires. De la lutte contre le changement climatique aux combats féministes, les jeunes sont-ils les nouveaux meneurs ?

Greta Thunberg et Donald Trump: deux protagonistes importants en 2019. Mais en marge de leur querelle, le monde a subi les conséquences du changement climatique comme jamais auparavant. Voici les photos les plus marquantes de l'année écoulée.

Dans son roman Leurs enfants après eux, le Prix Goncourt 2018 avait annoncé la contestation des gilets jaunes et la grogne sociale qui ont jalonné 2019. En refeuilletant l'année écoulée, l'écrivain s'irrite du mépris affiché par les classes dominantes, admet craindre une dérive d'extrême droite et salue la mobilisation des jeunes contre le réchauffement climatique comme celle des femmes contre la subsistance du patriarcat.

La jeune militante écologique Greta Thunberg a fustigé vendredi à Turin (Italie) les leaders mondiaux agissant "comme s'il n'y avait pas de lendemain", et appelé les jeunes à considérer 2020 comme "l'année de l'action" qui marquera le début d'une décennie de combat.

"Si nous ne réagissons pas, rien ne bougera. Nous allons donc poursuivre nos actions", déclarent les activistes belges du climat Adélaïde Charlier et Anuna De Wever ainsi que leur alliée suédoise Greta Thunberg dans une lettre ouverte diffusée mardi. Elles dénoncent l'hypocrisie des politiques qui tardent à prendre des mesures pourtant urgentes.

Alors que la jeune militante écologiste suédoise Greta Thunberg a quitté mercredi les Etats-Unis à bord d'un catamaran après plus de deux mois en Amérique du Nord, avec comme objectif l'Europe et la réunion climat de l'Onu COP 25 à Madrid début décembre, cela ne semble pas très bien embarqué pour les Belges Anuna De Wever et Adélaïde Charlier de Youth for Climate. Aucune solution n'a encore été trouvée pour elles. Il est donc fort probable qu'elles manqueront l'évènement.

La ministre espagnole de la Transition écologique a proposé l'aide de l'Espagne à Greta Thunberg afin que l'activiste climatique puisse se rendre à Madrid, où se tiendra finalement la COP25. Teresa Ribera a ainsi répondu dans un tweet à la jeune suédoise qu'elle "serait heureuse de l'aider à retraverser l'Atlantique". Greta Thunberg avait sillonné l'océan par voilier pour participer à la conférence de l'Onu sur le climat en septembre à New York, puis pensait rejoindre le Chili pour assister en décembre à la conférence des Nations unies sur le climat. L'événement a toutefois entre-temps "déménagé" dans la capitale espagnole.