Tout sur gouvernement Michel II

Une majorité de Belges - six sur dix - ne souhaite pas d'élections anticipées après la démission du gouvernement Michel II et la plupart d'entre eux jugent, même en Flandre mais dans une moindre mesure, que la N-VA est responsable de la chute de l'équipe fédérale, indique un sondage publié jeudi soir par les chaînes de télévision privées RTL-TVI et VTM.

S'il tient jusqu'aux élections, il reste cinq mois au gouvernement Michel II pour mener à bien trois grands chantiers, à savoir ceux du pouvoir d'achat, de la migration et du climat. Cependant, dans les faits, l'orange bleue risque d'être entravée et incapable de faire autre chose que ce qu'un gouvernement en affaires courantes peut faire.

Le ministre de la Justice Koen Geens a fait dimanche sur RTL-TVI les louanges du premier ministre Charles Michel, se disant partant pour un gouvernement Michel II après 2019.