Tout sur gouvernement

Le gouvernement fédéral "maintient son cap: il entend réformer pour garantir les solidarités en créant des emplois supplémentaires", a réagi mardi le Premier ministre Charles Michel à l'issue d'une nouvelle manifestation qui a rassemblé plus 60.000 personnes dans les rues de Bruxelles.

C'est facile de soupirer devant son écran de télévision ou derrière son clavier d'ordinateur quand un Kris Peeters lance sa loi des 45 heures/semaine en plein scandale des Panama Papers. Mais s'indigner sans agir, c'est gâcher une précieuse énergie politique - et croyez bien que Charles Michel se frotte les mains de votre passivité.

Tenir le crachoir à coup d'annuaire téléphonique, noyer un projet de loi sous des centaines d'amendements, chercher noise pour tout et pour rien. Une flibuste parlementaire, c'est très mauvais pour les nerfs d'un ministre. Décodage.

Dans plusieurs domaines, le gouvernement Michel entend faire la différence par rapport à son prédécesseur, conduit par Elio Di Rupo : un gouvernement sans socialistes devrait atteindre des résultats sensiblement meilleurs qu'avec.

Les principaux ministres du gouvernement fédéral se sont retrouvés dimanche après-midi pour tenter de préciser l'ampleur de l'effort budgétaire à réaliser pour ramener le budget 2016 de l'Etat sur la trajectoire budgétaire qui doit permettre un retour à l'équilibre en 2018 mais sans encore entamer les véritables négociations sur les inévitables arbitrages, a-t-on appris de sources concordantes.

Le gouvernement fédéral a approuvé mardi l'avis du groupe des 10 à propos de la réintégration professionnelle des malades de longue durée. Début décembre, les partenaires sociaux se sont écartés de la proposition de l'exécutif qui voulait sanctionner les travailleurs refusant le trajet de réintégration proposé.