Tout sur Goldman Sachs

L'ancien président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso, dont le passage à la banque Goldman Sachs à l'été 2016 a fait polémique, a rencontré en octobre un des vice-présidents de l'exécutif européen, Jyrki Katainen, malgré sa promesse de ne pas faire de lobbying, dénonce mardi l'organisation non-gouvernementale Corporate Europe Observatory (CEO).

Le pronostic paraîtra osé. Donald J. Trump n'est-il pas l'un des hommes politiques les plus haïs de sa génération ? Les médias américains eux-mêmes - pour ne rien dire des médias européens - ne le dépeignent-ils pas tour à tour comme un bouffon sexiste, un clown fasciste, un homme presque ontologiquement incapable de gouverner, voire de se comporter en adulte ?

Groggy. Forcément groggy. On a beau avoir l'optimisme chevillé au smartphone, on sort forcément un peu anéanti par cette année noire. C'est que nombre de nos certitudes ont été ébranlées.

Quels sont ceux qui font aujourd'hui le plus de tort au projet européen ? Les eurosceptiques comme Mr Farage ou Mme Le Pen ? Ou les euro-cyniques comme Mr Barroso ou Mme Neelie Kroes ?

Que celui qui a eu pour fonction de diriger l'institution en charge de défendre l'intérêt général européen devienne l'employé d'une banque d'investissement américaine qui se joue des lacunes européennes pour accroître ses bénéfices est profondément choquant.