Tout sur Gees

"Toute notre profession a été catastrophée par le manque d'anticipation", a déclaré la psychiatre Frédérique Van Leuven devant la commission spéciale covid de la Chambre. "Que le secteur de la santé mentale n'ait pas été impliqué ni dans la décision ni dans la communication vis-à-vis de la jeunesse, c'est incompréhensible", a renchéri Sofie Crommen.

La secrétaire générale de la Fédération des Services sociaux, Céline Nieuwenhuys, a fait partie du GEES, le Groupe en charge de l'Exit Strategy au début de la crise du coronavirus. Son rôle était "d'éclairer, avec sa sensibilité sociale, l'ensemble des propositions et des décisions qui seraient sur la table". Elle revient sur son expérience dans une interview réalisée par ZinTV.

D'abord il y a eu le GEES, le Celeval 1 et le Celeval 2 et à présent il y a le RAG (Risk Assessment Group). Les hommes politiques qui nous gouvernent passent leur temps à rebattre leur équipe de conseillers corona. Il y a pourtant cinq leçons claires à tirer de ces derniers mois qui permettront, peut-être, d'éviter une troisième vague.

L'ancienne présidente du GEES, le groupe de travail chargé de la stratégie de déconfinement lors de la première vague de la pandémie de Covid-19 était interrogée par la commission spéciale de la Chambre. La professeure de l'Université d'Anvers a vivement critiqué la structure de décision belge.

La Première ministre Sophie Wilmès (MR) aimerait changer la "bulle des cinq" qu'elle trouve trop "restrictive". Certes, mais comment ? Un nouveau groupe d'experts du Celeval est chargé de la réinventer.

Après des mois intenses de gestion de la crise sanitaire, le gouvernement souhaite se concentrer sur une stratégie à long terme. Le groupe d'experts en charge de l'Exit Strategy, GEES, devrait être remplacé par un nouveau conseil consultatif qui devra avant tout se concentrer sur le bien-être mental et les contacts sociaux, peut-on lire dans les colonnes du Standaard vendredi.

Un nouveau confinement national semble hors de question en Belgique. Si reconfinement il doit y avoir, il sera local. La décision de maintenir la prochaine réunion du Conseil national de Sécurité (CNS) à jeudi semble aller dans ce sens. Mais qui va décider quels quartier, commune ou province seront, à nouveau, mis en quarantaine en cas de seconde vague ? Comme souvent en Belgique, la réponse est loin d'être simple.

L'obligation de porter un masque en raison de la pandémie de coronavirus n'est pas prête d'être levée, apprend-on dans le dernier rapport du Groupe d'experts en charge de l'exit strategy (GEES), consulté par De Standaard vendredi. Le bal masqué continuera certainement après l'hiver, peut-être jusqu'à l'apparition d'un vaccin, estiment les experts.

La Foire Aux Questions (FAQ) des autorités fédérales a été adaptée pour ce qui concerne la danse. Une interprétation extensive des dernières décisions prises au Conseil National de Sécurité (CNS) avait suscité la controverse et la réaction étonnée de la présidente du Groupe d'Experts en charge de l'Exit Strategy (GEES), Erika Vlieghe.

Même sans contre-offensive de la pandémie d'ici la fin de l'été, le port du masque sera recommandé pour tous lors de la reprise des cours dans l'enseignement supérieur en septembre prochain, et sera même obligatoire lorsque les distances de sécurité de 1,5 mètre ne pourront être respectées.