Tout sur Geert Molenberghs

Face à la hausse des infections, l'école et les activités extrascolaires semblent, à nouveau, se retrouver sur la table du Comité de concertation. Va-t-on refermer partiellement ou non les écoles et va-t-on interdire les stages durant les vacances de Pâques ? Ou va-t-on opter pour d'autres mesures dans d'autres secteurs ? Les avis divergent et le Comité de concertation, bien que virtuel, risque d'être tendu.

Environ 2.500 à 5.000 personnes qui ont voyagé pendant les vacances d'hiver sont revenues en Belgique avec une infection au coronavirus, estime vendredi le biostatisticien Geert Molenberghs (UHasselt et KU Leuven) dans les journaux de Mediahuis. Les voyageurs revenant d'Europe centrale et d'Europe de l'Est sont particulièrement concernés.

Bien que la Belgique se classe parmi les leaders européens en matière de tests, il y a de grandes différences à l'intérieur du pays. Pour le biostatisticien Geert Molenberghs, (Université d'Hasselt), Bruxelles et la Wallonie doivent passer à la vitesse supérieure. Entre-temps, l'INAMI étudie pourquoi ces régions ne testent pas suffisamment

Si l'Agence européenne des médicaments donne son feu vert, la Belgique pourrait commencer la vaccination contre le Covid-19 à partir du 5 janvier prochain. Avec un peu de chance, les personnes vulnérables et les soignants seront vaccinés avant l'été. Cela signifie-t-il que l'on pourra tout relâcher et retrouver la vie d'avant ?

En Suisse, après une première vague relativement clémente, la situation épidémiologique s'est fortement détériorée. D'après le biostatisticien Geert Molenberghs, cette détérioration révèle que les voyages restent le moteur principal de la pandémie de coronavirus.

Si aujourd'hui nous sommes frappés par une seconde vague de covid, c'est en partie à cause des voyages de cet été, estiment plusieurs experts. "Mais nous ne devons pas culpabiliser les voyageurs, ils ont fait ce qui était autorisé."