Tout sur Gaza

La technologie n'a jamais été autant au centre des questions éthiques. Télémédecine, profs virtuels, robots domestiques, carburants verts... Retour sur ses grandes avancées et les plus grandes craintes de la décennie 2020, à l'aube d'une nouvelle menace sur la vie privée.

L'armée israélienne a reconnu vendredi des victimes civiles "inattendues" dans une de ses frappes visant plus tôt cette semaine le Jihad islamique à Gaza, où un accord de cessez-le-feu demeure fragile après des affrontements ayant fait une trentaine de morts palestiniens.

Dans son atelier de Gaza City, Mounir al-Chindy s'affaire minutieusement à l'intérieur d'une Armstrong Siddeley gris foncé dépouillée de sièges, ses mains manipulant avec précaution le véhicule à la silhouette allongée qu'il a commencé à réparer il y a un mois.

Les hostilités se sont intensifiées dimanche au deuxième jour d'une escalade entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, les tirs de roquettes palestiniens et la riposte de l'Etat hébreu ayant tué quatre personnes côté israélien et 23 Palestiniens depuis samedi.

Une nouvelle pluie de roquettes tirées de Gaza s'est abattue dimanche sur Israël, au deuxième jour d'une flambée de violences qui a coûté la vie à un Israélien et quatre Palestiniens, réveillant le spectre d'un nouveau conflit.

L'armée israélienne a annoncé vendredi avoir tiré depuis des chars et des avions sur des positions du Hamas, le mouvement islamiste au pouvoir à Gaza, en réponse à des tirs venant de l'enclave palestinienne ayant visé les troupes israéliennes le long de la frontière.

Des dizaines de milliers de Palestiniens se sont rassemblés samedi le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, pour le premier anniversaire des manifestations appelées "grandes marches du retour".

Il y a un an, quand il a décidé de se joindre à des dizaines de milliers d'autres Palestiniens pour manifester le long de la barrière qui sépare Gaza d'Israël, Ezzedine al-Baz ignorait qu'il manquerait d'y laisser sa vie.