Tout sur Frères musulmans

Le débat sur la neutralité de l'État et la problématique du port des signes convictionnels par des fonctionnaires publics devient une ligne de fracture qui divise profondément la société. Elle se manifeste entre partis politiques, au sein de certains d'entre eux et se reproduit dans toutes les strates de la société. Elle divise les générations, et parfois même les familles.

La démission de Ihsane Haouach à cause d'attaques personnelles et de liens présumés avec les Frères musulmans oblige à se pencher une fois de plus sur cette troublante confrérie qui ne déteste rien tant que la transparence.

Dans un article paru sur le site de la RTBF, Corinne Torrekens dénonce la diffamation dont elle se dit victime de la part de l'Observatoire des fondamentalismes et se plaint qu'aujourd'hui des opinions sur les réseaux sociaux " ont le même droit de cité qu'une opinion issue d'un travail scientifique et empirique ".

A la suite de l'arrêt de la Cour constitutionnelle du 4 juin 2020 en faveur de la Haute Ecole bruxelloise Francisco Ferrer qui prévoit désormais d'interdire le port des signes religieux, philosophiques et politiques, une manifestation a rassemblé plus d'un millier de jeunes filles et femmes voilées dénonçant avec force cet arrêt jugé liberticide.

Le consultant français Hakim El Karoui a dirigé plusieurs études pointant la sécession d'une partie des musulmans français et analysant la diffusion de l'idéologie salafiste. Il ne cesse d'appeler les musulmans éclairés à participer au débat public pour ne pas laisser le monopole de la normativité aux extrêmes.

A Verviers, les ambitions communales de Hajib El Hajjaji dérangent. L'ex-CDH a été membre d'une organisation importante des Frères musulmans. Il n'y cotise plus. Décodage.