Tout sur fraude

Depuis 2013, Dissernet, un groupe composé de journalistes et de scientifiques, s'est lancé dans la chasse aux plagiats en Russie. Selon eux, plus de 10 % des membres de la Douma, la chambre basse du parlement, ont reçu leur diplôme en plagiant le travail d'autrui pour la réalisation de leur thèse. Des impostures qui n'ont pourtant aucune répercussion pour les fraudeurs.

Enquêtrice de choc à l'ISI, Gerda Vervecken est le nouvel atout du ministre Van Overtveldt pour lutter contre la fraude. Sa nomination est un joli coup politique de la N-VA. Mais cette femme de caractère aura-t-elle les coudées franches ? Décryptage.

Bart Tommelein, le secrétaire d'Etat en charge de la Lutte contre la fraude sociale (Open VLD), autorise dorénavant les inspecteurs de l'Onem à contrôler par surprise les chômeurs à leur domicile, sans les prévenir une dizaine de jours à l'avance comme c'était le cas auparavant. Mais que risque un chômeur pris en flagrant délit de fraude? Petit rappel.

Le Groupe d'action financière (Gafi) a rendu son évaluation finale sur la politique belge de lutte contre le blanchiment. Résultat : très moyen. La Belgique peut mieux faire. Entretien exclusif avec Jean-Claude Delepière, le patron de la Cellule de traitement des informations financières.

Maggie De Block a chargé ses enquêteurs de faire toute la lumière sur de prétendus abus de l'Office de la naissance et de l'enfance. L'organisme public effectuerait des consultations prénatales gratuites à l'hôpital en reportant illégalement les frais sur le budget de l'Inami. C'est absolument faux, assure la directrice médicale de l'ONE.

Le secrétaire d'État à la Lutte contre la fraude sociale, Bart Tommelein (Open VLD), souhaite étendre le système de "caisses blanches" (caisses enregistreuses certifiées, aussi appelées "boîtes noires") aux commerces. Il voudrait également introduire plus de transparence dans les secteurs de la construction et du transport, rapporte L'Echo samedi.

Près de cinq ans après avoir reçu les données HSBC de la France, l'Etat belge va enfin se constituer partie civile dans ce dossier de fraude fiscale portant sur plusieurs milliards d'euros.

La saisie de l'Office européen antifraude sur d'éventuelles irrégularités financières commises par le Front national concernant des salaires versés à des assistants parlementaires européens relève d'une "vaste manipulation politique" à quelques jours du scrutin départemental en France, a dénoncé mardi la présidente du parti Marine Le Pen.

Au détour d'une question parlementaire, on apprend que les effectifs de l'Inspection spéciale des impôts (ISI), le bras armé du fisc, a diminué de près de 7 %. Il est passé de 606 agents, en 2012, à 566, aujourd'hui, soit une perte de 40 emplois en deux ans.

Le secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude sociale Bart Tommelein a annoncé vendredi dans Het Laatste Nieuws sa volonté de généraliser le badge d'identification sur chantier des ouvriers de la construction aux ouvriers étrangers ainsi qu'aux petits chantiers

Combattre la fraude ! Enfin, on y travaille. Le gouvernement Michel ne l'accepte plus et il va élaborer tout un système. On parle ici des faux isolés, ces grands fraudeurs qui déclarent qu'ils sont isolés, mais qui, en cachette, habitent quand même avec un ami ou une amie ou, plus grave encore, partagent un logement avec un frère ou une soeur.

Deux cent cinquante millions d'euros, tel est le montant annuel de la facture des fraudes à l'assurance en Belgique. Si certains arrivent à passer par les mailles du filet, ceux qui se font prendre finissent par le payer très cher.

L'Office national de l'Emploi (ONEM) a constaté 8.379 cas de fraude à la domiciliation l'année dernière, soit presque deux fois plus qu'en 2012 (4.422 fraudes), rapportent samedi les quotidiens Gazet van Antwerpen et Het Belang van Limburg.

Le parquet de Charleroi s'apprête à classer l'affaire Quick, et ce malgré des soupçons de fraude dont le montant pourrait s'élever à 100 millions d'euros. Le volet fiscal du dossier n'est pas clos pour autant, car le parquet général de Mons a dénoncé les faits auprès du fisc.