Tout sur francophones

Les réactions outrées à la relance du débat communautaire par Bart De Wever n'évitent pas le piège tendu par les nationalistes. Car c'est avant tout le reflet d'un malaise au sein de la N-VA.

Le bras de fer entre la Commission européenne et le gouvernement grec métastase les débats parlementaires sur le budget et la réforme des pensions. Affrontements musclés entre un PS gauche radicale et un MR droite décomplexée.

"Il y a, en Belgique, une perception un peu idéalisée de ce que doit être l'Etat fédéral. On se dit qu'il doit être parfait, fonctionner sans aspérités entre les différentes entités. Toute divergence de vue est dès lors considérée comme un dysfonctionnement." Dans l'entretien qu'il nous accorde, Christian Behrendt calme les esprits de façon plutôt pertinente.

L'ancienne vice-Première ministre Joëlle Milquet (cdH) estime lundi, dans La Libre Belgique et La Dernière Heure, que le MR doit accepter de s'ouvrir à l'opposition francophone à la Chambre sous peine d'être broyé par la N-VA. "On ne peut pas laisser le MR seul dans les mains des néerlandophones qui font des réunions entre eux avant chaque réunion", affirme-t-elle ainsi.

Loin des polémiques du monde politique, les historiens flamands et francophones tordent le cou aux idées reçues : ils dévoilent les vraies motivations des collabos flamands, ou encore le profil inattendu de la collaboration armée francophone.

L'opposition sur l'institutionnel n'est pas uniquement Nord-Sud, rapportent lundi Le Soir et De Standaard sur base d'une étude menée par des chercheurs de l'Université catholique de Louvain (UCL) et de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Le MR est ainsi plus régionaliste que certains partis flamands.

Dans une interview au Vif/L'Express de cette semaine, le député député-échevin (CD&V) de Zaventem est épouvanté par l'aveuglement francophone devant la menace N-VA dont il ne voit pas la fin d'ici 2014. Et il se dit ulcéré par l'immobilisme socialiste persistant. Florilège.

L'opposition nationaliste flamande a dénoncé mardi, sur base de chiffres récents fournis par le SPF Justice, les conséquences de la réforme de l'arrondissement judiciaire de Bruxelles-Hal-Vilvorde qui va, selon elle, conduire au recrutement de quelque 270 magistrats, greffiers, secrétaires et autre personnel du côté francophone, tandis que plusieurs centaines de leurs collègues néerlandophones vont se retrouver en surnombre.

BHV scindé, l'incident communautaire qui pourrit la vie du pays depuis 40 ans ne sera pas clos. Première victime : le MR, qui y perd le FDF. D'autres pourraient suivre : maïeurs en tête, les francophones de la périphérie resteront à la merci de chausse-trapes. Tout ça pour ça ?

Les francophones sont catégoriques: ils refusent que la N-VA reprenne la main dans les négociations, parce que ça permettrait aux nationalistes de sortir à nouveau une "note imbuvable" que les francophones refuseraient, leur faisant une fois de plus porter la responsabilité de la crise.

Les partis francophones mêlés aux discussions sur les réformes de l'Etat et de la loi de financement ont demandé à Johan Vande Lanotte de clarifier une série d'éléments contenus dans sa proposition de conciliation qu'il a formulée dans le cadre de la mission que lui a confiée le roi.