Tout sur François Fillon

Les excuses ne font pas partie du bréviaire de La France insoumise. Depuis qu'il s'est heurté physiquement aux policiers perquisitionnant son domicile et le siège du parti d'extrême gauche dans le cadre d'un dossier de surfacturations lors de la campagne présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon persiste à dénoncer un traitement injuste par la justice et un grand complot ourdi par la macronie.

La mobilisation de la Manif pour tous a dopé les partisans d'un retour du conservatisme. Ils investissent le champ culturel et médiatique pour, espèrent-ils, remporter à terme la bataille politique. Revue des enjeux avec Pascale Tournier, auteure de Le Vieux monde est de retour.

L'ex-président français Nicolas Sarkozy plaçait ses ministres sur écoutes, a assuré le chef de la droite Laurent Wauquiez, selon un extrait sonore d'une conférence devant des étudiants diffusé vendredi sur la chaîne de télévision TMC.

Pour François Fillon, c'est une page qui se tourne: à 63 ans, l'ex-candidat de la droite à la présidence française, aux prises avec la justice, abandonne la vie politique pour rejoindre la finance, après quatre décennies passées dans les arcanes du pouvoir.

Le candidat malheureux de la droite à la présidentielle française, François Fillon, s'est rendu lundi chez les juges d'instruction qui enquêtent sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et ses enfants comme assistants parlementaires, a appris l'AFP de source proche du dossier.

Edouard Philippe, choisi lundi comme Premier ministre par le nouveau président français Emmanuel Macron, est un élu de la droite modérée, peu connu du grand public, et favorable à une "majorité d'un nouveau type", secouant le clivage traditionnel de l'opposition entre la droite et la gauche.

Le candidat malheureux de la droite et du centre à l'élection présidentielle française, François Fillon, est de nouveau convoqué par les juges le 30 mai prochain, indique lundi le journal Le Monde sur son site.

"Marine Le Pen ne s'est pas projetée dans le débat de ce mercredi soir en tant que future présidente et si les lignes ont bougé, ce que je ne pense pas, ce serait plutôt en faveur d'Emmanuel Macron", a analysé Pascal Delwit, politologue à l'ULB, au terme du duel télévisé brutal qui a opposé mercredi soir les 2 candidats qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle française.