Tout sur François Desquesnes

Le jugement du tribunal de première instance de Bruxelles intimant à la Belgique de légaliser, dans les 30 jours, les mesures prises pour lutter contre le coronavirus, a eu de l'écho ce mercredi au Parlement de Wallonie où l'opposition réclame depuis plusieurs semaines que les décisions fassent l'objet d'un débat au parlement, quitte à ce que celui-ci se réunisse durant les vacances de printemps.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a farouchement défendu, mercredi, en séance plénière du parlement régional, les projets que son gouvernement poussera dans le cadre du plan de relance européen post-coronavirus. "Tout a une logique", a-t-il notamment affirmé alors que l'opposition dénonçait l'absence de réponses aux questions soulevées.

"A part la localisation des centres de vaccination annoncée la veille dans la presse, aucune réponse n'a été apportée par le gouvernement wallon", a dénoncé le cdH mardi, au terme d'un débat sur la vaccination organisé en commission du parlement régional. "La Wallonie en est toujours au stade de la théorie, avec de graves lacunes, et pas encore à la pratique", ajoutent les humanistes.

Après avoir été adoptée à l'unanimité au cours d'un débat urgent, mercredi matin, en commission de la Santé du parlement wallon, la proposition de décret prévoyant une quarantaine obligatoire pour les voyageurs revenant de zones classées "rouge" par les Affaires étrangères en raison de l'émergence importante de nouveaux cas de Covid-19, a été approuvée à l'unanimité, mercredi soir, par les parlementaires régionaux réunis en séance plénière.

Le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, a évoqué mercredi matin la prochaine réouverture des écoles, alors qu'un Conseil national de sécurité doit se réunir dans l'après-midi et discuter entre autres de cet élément.

Le Parlement de Wallonie n'échappera pas, ce mercredi après-midi, aux questions sur le coronavirus. Un débat d'actualité y est en effet prévu afin de faire le point de la situation alors qu'en Belgique, le nombre de personnes contaminées continue à augmenter, entraînant son lot de mesures drastiques.

Après l'épisode CETA, la Wallonie va-t-elle partir en guerre contre l'accord entre l'Union européenne et le Mercosur? Le texte fera en tous cas débat dans les travées du parlement régional où le cdH s'apprête à déposer, mercredi, une proposition de résolution dénonçant particulièrement le volet agricole de l'accord.