Tout sur FPÖ

L'extrême droite autrichienne n'est pas désireuse de collaborer politiquement avec l'ex-conseiller du président américain Trump Steve Bannon qui cherche à s'implanter à Bruxelles pour appuyer les populistes de droite en Europe, a assuré le secrétaire général du FPÖ, Harald Vilimsky.

Le président russe Vladimir Poutine a souhaité lundi travailler avec une Union européenne "unie et prospère", démentant toute volonté de "déstabiliser" ou "diviser" l'UE en tissant des relations avec des partis souverainistes ou eurosceptiques.

Avec trois ministères régaliens et l'arrivée au pouvoir de ses principaux dirigeants, le Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ) entre en force dans le gouvernement du conservateur Sebastian Kurz, décrochant notamment pour la première fois l'Intérieur et les Affaires étrangères.

Elle est loin l'époque où il portait le treillis pour se livrer à des exercices paramilitaires avec des néonazis : à 48 ans, l'ancien "jeune loup" de l'extrême droite autrichienne, Heinz-Christian Strache, s'apprête à enfiler l'habit de vice-chancelier après avoir soigneusement poli son image.

Plusieurs milliers de personnes ont formé mercredi soir un cordon lumineux autour du quartier des ministères de Vienne pour mettre en garde contre une éventuelle arrivée d'"extrémistes de droite" à des postes gouvernementaux, un mois après des législatives.

Grand vainqueur des législatives, le conservateur Sebastian Kurz pourrait privilégier une alliance avec l'extrême droite du FPÖ. Elle ne suscitera pas la même réprobation européenne que celle portée par Louis Michel en 2000 contre Jörg Haider. Pourquoi ?

Une nouvelle ère politique s'ouvre en Autriche avec la victoire aux législatives du jeune conservateur Sebastian Kurz, appelé lundi par Bruxelles à défendre l'orientation pro-européenne du pays alors qu'une coalition gouvernementale avec l'extrême droite est vraisemblable.

Ce jeune Autrichien semble encore plus pressé que Macron. Cet enfant prodige (wunderwuzzi) de la politique autrichienne réalise un sans-faute avec une communication parfaitement maîtrisée et une image des plus léchées. Larguant au passage les observateurs qui hésitent entre admiration et ironie.