Tout sur Fonds monétaire international

Un mois après les premières annonces de confinement en Belgique, de nombreux acteurs économiques sont aux abois. Ils appellent de leurs voeux un retour à la normale que la situation sanitaire ne permet pas encore. Et pourtant, il faudra aussi sauver l'économie. Sans traîner.

Comme toutes les grandes crises économiques, celle de 2020 a été baptisée: "Great Lockdown", le "Grand Confinement", en référence aux précédentes crises, la "Grande Dépression" des années 30 et la "Grande Récession" de 2009 qui a suivi la crise financière mondiale.

Le ralentissement de la production en Chine, premier pays touché, et du vaste secteur des transports, frappe toute l'économie mondiale. Pour combien de temps ? Les investisseurs anticipent le pire, comme toujours.

En mai dernier, plus de 80 % des Européens ont redit dans les urnes leur foi inébranlable en une mondialisation productiviste heureuse et sans limites fondée sur une consommation effrénée d'énergies fossiles (y compris nucléaires) dont ils croient réaliste de penser que leur absence détruirait deux cents ans de progrès et qu'elles seraient, par conséquent, irremplaçables dans nos vies à jamais.

Selon Oxfam, les 26 personnes les plus riches du monde détiennent autant d'argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité. En 2014, Oxfam en comptait 85 de ces multimilliardaires... Jusque quand la moitié de l'humanité va-t-elle tolérer une telle inégalité ?

Le Congo-Brazzaville "est bien loin de la banqueroute" a affirmé son président Denis Sassou Nguesso à l'occasion de la fête nationale mercredi de ce petit pays pétrolier en négociation avec le Fonds monétaire international (FMI).

L'Union européenne a "une carte à jouer" dans la guerre commerciale opposant les Etats-Unis à la Chine, à condition d'être "unie", a estimé samedi la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde.