Tout sur Filip Dewinter

Dans les couloirs de la Chambre, ce mardi 4 décembre, MR, Open-VLD, CD&V et N-VA ont surtout tenté de mutuellement s'attribuer la responsabilité de la chute d'un gouvernement que tous semblent penser inéluctable. Sauf Charles Michel qui, malgré les provocations de la N-VA, a lancé des consultations bilatérales pour tenter de sauver sa coalition.

Le député Vlaams Belang Filip Dewinter a conseillé pendant plusieurs années une association suspectée d'espionnage pour la Chine par la Sûreté de l'État. Des frais lui ont été remboursés dans ce cadre et il a notamment rencontré le directeur de la police fédérale sur demande des Chinois, rapporte Het Laatste Nieuws lundi. Le parquet étudie le dossier.

La chaîne flamande VTM a établi le top 6 des champions de voix en Flandre. Sans surprise, les trois premiers viennent d'Anvers, la ville de Flandre qui compte le plus d'électeurs. Voici les six candidats flamands qui ont obtenu le plus de voix de préférence.

Au moins 15 candidats du Vlaams Belang peuvent être soupçonnés de sympathies nazies, selon une enquête de Het Laatste Nieuws relayée également par De Morgen, mardi. Il ne s'agit pas de déclarations de soutien à des groupes d'extrême droite comme Schild & Vrienden, mais de "likes" pour Adolf Hitler et pour un terroriste reconnu.

Le leader du Vlaams Belang Filip Dewinter s'est rendu vendredi après-midi sur la place Sainctelette, mais ne s'est finalement pas rendu à Molenbeek comme il en avait l'intention. Fin septembre, Dewinter avait annoncé qu'il comptait inviter le dirigeant du parti néerlandais de la liberté (PVV, extrême-droite) Geert Wilders pour une visite de Molenbeek, que le leader d'extrême droite considère comme un berceau de l'islamisation.

dirigeant du parti néerlandais de la liberté (PVV) Geert Wilders viendra "quoi qu'il en soit à Bruxelles" vendredi, a-t-il fait savoir jeudi. Il ne souhaite cependant enfreindre aucun règlement.

Le député Vlaams Belang Filip Dewinter a indiqué jeudi qu'il maintenait sa visite vendredi dans les rues de Molenbeek, avec son collègue néerlandais Geert Wilders (PVV), en dépit de l'ordonnance de police prise jeudi par la bourgmestre Françoise Schepmans interdisant sur le territoire communal tout rassemblement vendredi en lien avec cet événement.

Pour Maurits Vande Reyde, le président de Jong VLD (Jeune VLD), les gens qui viennent ici n'ont pas besoin de pitié. Mieux vaut leur dire : "Show me what you've got". Selon lui, le droit de prendre ses responsabilités est aussi important que le droit à la protection.