Tout sur Fidesz

A l'image d'un Viktor Orban ? Pas sûr. Anaïs Voy-Gillis, spécialiste des droites extrêmes en Europe, estime que ce sont plutôt l'explosion du chômage et l'augmentation des inégalités postvirus qui pourraient conforter les partis nationalistes.

La droite européenne (PPE) a décidé de suspendre temporairement le parti du dirigeant hongrois populiste Viktor Orban, le Fidesz, de ses rangs, a annoncé mercredi le président du PPE, Joseph Daul, dans un tweet. C'est une "mise à l'écart historique".

Budapest n'entend pas "céder" à l'ultimatum fixé par le chef de file de la droite européenne Manfred Weber à Viktor Orban pour qu'il amende ses positions nationalistes s'il veut éviter une exclusion du Parti Populaire européen (PPE), a annoncé mercredi le gouvernement hongrois.

Douze partis membres du Parti Populaire européen (PPE), le premier groupe politique du Parlement européen, ont officiellement demandé "l'exclusion ou la suspension" du Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban et de son parti le Fidesz, qui pourrait être décidée le 20 mars, a annoncé lundi à l'AFP le président du PPE Joseph Daul.

Dans une interview, le Premier ministre hongrois n'est pas tendre envers les partis chrétiens-démocrates, comme le cdH et le CD&V, qu'il qualifie " d'idiots utiles ". Le président du CD&V Wouter Beke et Benoit Lutgen ont réagi.

La vente aux enchères organisée samedi par la maison Sotheby's à Paris, et rassemblant près de 300 lots autour du 9ème art, a rapporté un total de 3.822.072 euros, frais compris, peut-on lire sur le site internet de la vente. Parmi les lots figuraient les oeuvres de grands noms de la bande dessinée, dont une belle délégation belge comprenant Hergé, Franquin, Schuiten, Frank Pé, Peyo, ou encore Midam.