Tout sur Fédération Wallonie-Bruxelles

Frédéric Daerden, le vice-président et ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles, également président du PS liégeois et bourgmestre empêché de Herstal (province de Liège), a annoncé avoir été victime d'un malaise le 20 juillet dernier, juste avant de prendre ses congés avec sa famille.

Le risque d'attraper le coronavirus en assistant à un spectacle ou une représentation en intérieur est très faible, ressort-il des six événements-tests. De là en conclure que "des lieux ont été fermés sans véritable utilité", comme le déclare le président du MR Georges-Louis Bouchez?

Malgré une année académique 2019-2020 marquée par la crise sanitaire et une organisation des cours à distance une partie de l'année, les statistiques de réussite issues de l'enseignement supérieur non universitaire montrent une augmentation significative des réussites complètes, annonce mercredi l'Académie de Recherche d'Enseignement Supérieur (Ares) dans un communiqué.

A l'approche des conseils de classe de cette fin d'année scolaire, le collectif Marguerite, qui rassemble des associations actives en Fédération Wallonie-Bruxelles, appelle lundi au respect de la circulaire du 14 avril qui stipule notamment de limiter les examens de passages et de rendre le redoublement exceptionnel.

Entre le 31 décembre 2019 et le 31 décembre 2020, l'ensemble des fédérations de la Fédération Wallonie-Bruxelles reconnues a perdu pas moins de 32.271 affiliés, en passant de 735.781 à 703.510 inscrits, indique vendredi La Libre Belgique. La pandémie de coronavirus a fortement changé la donne.

L'accident cardiaque dont a souffert Christian Eriksen a ému la planète foot et bien au-delà. L'occasion pour la BeHRA (Belgian Heart Rhythm Association) de souligner le gros retard de la Belgique dans la bonne application des "gestes qui sauvent". Aussi bien au niveau de la formation de sa population, que dans les moyens mis à disposition. Il y a... 10 fois moins de défibrillateurs en Belgique qu'aux Pays-Bas!

Les Scouts partagent mercredi leur colère face au manque de concertation du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles après l'adoption de la réforme des rythmes scolaires. Ils se disent inquiets des conséquences pour leur secteur et estiment l'impact financier à environ 20 millions d'euros pour les mouvements de jeunesse.