Tout sur FEB

Par notre proposition de loi, nous voulons amener du changement pour les 250 000 personnes qui, aujourd'hui, dans notre pays, travaillent et vivent dans la pauvreté. Il est donc particulièrement cynique que les organisations patronales rejettent immédiatement notre proposition en affirmant que celle-ci équivaudrait à du chômage organisé".

Une cinquantaine de sans-papiers ont manifesté mercredi à 11h00 devant le siège du PS à Bruxelles pour appeler le parti à soutenir leur proposition de loi visant à permettre aux personnes sans titre de séjour légal d'accéder aux métiers en pénurie. Une délégation a été reçue. Elle a présenté le texte rédigé par des avocats sur base de la proposition d'Actiris d'ouvrir les formations débouchant sur des métiers en pénurie aux immigrés sans-papiers.

Si en secondaire les élèves descendent dans la rue pour défendre une politique climatique plus ambitieuse, il semble que les mentalités évoluent vite par la suite. Quelques années plus tard, une fois aux études supérieures ou sur le marché du travail, une majorité de jeunes (70%) choisissent la voiture pour se rendre au travail. Un tiers seulement opte pour le vélo. Et s'ils devaient faire un choix entre la voiture de société, le remboursement des transports en commun ou l'indemnité vélo, trois sur cinq préféreraient la voiture de société, selon un sondage effectué pour le compte de la Fédération des entreprises de Belgique (FEB).

Alexander De Croo (Open-Vld), vice-premier ministre dans la coalition sortante, ne croit pas à une alliance des formations libérales, socialistes et écologistes au fédéral, affirme-t-il samedi dans un entretien accordé à Het Laatste Nieuws. Il ne veut pas non plus du "gouvernement de redémarrage" prôné par la FEB, mais d'une "vraie" majorité, plus précisément une alliance entre libéraux, socialistes et nationalistes.

Notre taux d'emploi augmente, mais l'écart avec le reste de l'Europe grandit. Le fossé entre la Flandre et la Wallonie se creuse également. Et les politiciens font comme si de rien n'était.

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) estime qu'il est possible d'atteindre les objectifs énergétiques et de réduction des gaz à effet de serre fixés pour 2030, mais "le chemin sera particulièrement ardu", a-t-elle lancé mercredi, à l'appui d'une étude effectuée par le Boston Consulting Group (BCG). Des "investissements considérables et une politique à long terme seront indispensables" pour y parvenir, a-t-elle affirmé.

"Dans l'intérêt de nos concitoyens, d'une possible dégradation de notre économie, de la Belgique et de son image internationale, des discussions en vue de former un gouvernement doivent être entamées le plus vite possible", ce dont sont conscientes toutes les parties consultées cette semaine par Didier Reynders et Johan Vande Lanotte dans le cadre de leur mission d'information, ont affirmé ces derniers lors de la présentation de leur premier rapport au Roi.

Les mesures de réduction du coût du travail mises en oeuvre par le gouvernement de Charles Michel n'auraient permis de créer que quelque 30.000 emplois salariés dans le secteur privé entre 2015 et 2018. C'est une nouvelle estimation de l'Institut de recherches économiques et sociales de l'UCLouvain (Ires) qui l'affirme, une information relayée jeudi par Le Soir.