Tout sur FARDC

L'armée congolaise a pris lundi la colline de Mbuzi, une des dernières positions des rebelles du M23 retranchés dans les montagnes de l'Est de la République démocratique du Congo, alors que la communauté internationale appelait les deux belligérants à la retenue.

Quelque 140 militaires belges, essentiellement des para-commandos, doivent s'envoler samedi soir à destination de la République démocratique du Congo (RDC) pour participer à partir de jeudi prochain à un exercice inédit en compagnie des nouvelles recrues d'un bataillon d'élite de l'armée congolaise qui seront peut-être amenées à combattre les groupes armés dans l'est de la RDC, a-t-on appris de sources militaires.

Une avant-garde d'une quarantaine de militaires s'est envolée dans la nuit de samedi à dimanche à destination de la République démocratique du Congo (RDC), où ils vont assurer la formation d'un bataillon de l'armée congolaise à Kindu.

Le 322ème bataillon de réaction rapide des Forces armées de la RDC (FARDC), une unité formée récemment par des instructeurs belges, a été déployé dans la province troublée du Nord-Kivu (est) pour protéger les accès de Goma, le chef-lieu provincial, face à une éventuelle avancée de militaires mutins, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Des citoyens rwandais ont été recrutés et formés dans leur pays pour renforcer la mutinerie d'ex-rebelles que l'armée congolaise combat depuis début mai dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, selon un rapport confidentiel de l'ONU que s'est procuré la BBC.

Une équipe composée d'une vingtaine de militaires belges est actuellement en République démocratique du Congo (RDC) pour préparer la formation du 2e bataillon des commandos des forces armées de la RDC (FARDC) qui sera dispensée par des instructeurs belges au camp Lwama, a précisé jeudi Kurt Verwilligen, le porte-parole du ministre de la Défense, Pieter De Crem (CD&V).