Tout sur FAO

Selon un rapport de la FAO, la faim continue d'augmenter dans le monde et ce, sans compter sur les conséquences désastreuses de la pandémie, qui vont faire sensiblement grossir le rang des affamés en 2020. Face à ce tableau peu reluisant, il est nécessaire de transformer en profondeur nos systèmes alimentaires, de soutenir les chaînes de valeur locales ainsi que la transition agroécologique et de garantir le droit à l'alimentation pour toutes et tous.

La déforestation et la dégradation des forêts se poursuivent à un rythme préoccupant et "contribuent de manière sensible à l'actuelle perte de biodiversité", selon le rapport "La situation des forêts du monde" de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation (FAO) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), publié vendredi.

Dans le monde, un tiers des aliments destinés à la consommation humaine sont gaspillés. Le volume des pertes alimentaires s'élève à 1,6 milliard de tonnes au niveau mondial, ce qui équivaut à 3,3 milliards de tonnes de gaz à effet de serre rejetés chaque année dans l'atmosphère.

Près de 14% des aliments disparaissent entre la ferme et les rayons du supermarché, selon la FAO (agence mondiale pour l'alimentation des Nations Unies), qui préconise des mesures pour enrayer ce phénomène et rendre l'agriculture et l'industrie agroalimentaire plus durables, dans un rapport publié lundi.

Un régime vegan serait le moins nocif pour l'environnement, mais des régimes plus flexibles pourraient présenter des bénéfices environnementaux comparables, selon une étude qui évalue l'impact de neuf types de régimes alimentaires dans 140 pays.

Le Venezuela, pays producteur de pétrole, devrait faire son entrée en 2019 parmi les pays en "crise alimentaire aiguë" après quatre ans de tourmente politique et sociale, selon un expert de l'Agence des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO.

Accusée de favoriser le cancer, de déséquilibrer la planète et d'être contraire à la cause animale, la viande conventionnelle est-elle condamnée à plus ou moins long terme ? Une " viande propre ", créée en laboratoire, est-elle la solution d'avenir ? C'est l'ambition de jeunes sociétés lancées dans la course technologique pour cultiver hamburgers et blancs de poulet. C'est la conviction de Paul Shapiro, chercheur et militant américain. Et déjà le souhait de quatre Belges sur dix.

Bactéries, virus, parasites ou substances chimiques nocives: les aliments contaminés, problème sanitaire et socio-économique majeur qui provoque chaque année la mort de 420.000 personnes à travers le monde, sont au coeur d'une conférence internationale inédite qui s'est ouverte mardi à Addis Abeba.

Face à l'urgence environnementale, le secteur du commerce de bétail et de la viande est prêt à se remettre en question et à s'adapter au défi du réchauffement climatique, indique mardi la Fédération nationale du commerce de bétail et de viande (FNCB). L'instance demande néanmoins, "une objectivation scientifique de l'impact CO2 de l'élevage et de l'agriculture" car elle se dit convaincue que "la viande est mise en cause de manière disproportionnée".