Tout sur Facebook

Pour le spécialiste des nouveaux usages dans la communication politique, le carnaval, théâtre par excellence du renversement des valeurs, correspond à notre époque de consécration du discrédit de la démocratie. Comme une illustration de son dernier livre, La Tyrannie des bouffons, Donald Trump joue même avec la Covid et la mort.

Au moins 22 personnes, pour la plupart des élèves d'une école militaire, ont été tuées et deux autres "grièvement blessées" dans le crash d'un avion militaire près de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine vendredi soir.

Plus une semaine ne se passe sans qu'une polémique éclate, sur Facebook, Instagram et compagnie. Le moindre propos jugé offensant, la moindre attitude considérée comme choquante y est épinglé. Mais il ne s'agit plus uniquement de dénoncer, il faut désormais condamner symboliquement. Nouveau rééquilibrage salutaire de la parole publique ou recul dangereux de la liberté d'expression ?

Les mesures sanitaires pour lutter contre le coronavirus comptent de nombreux opposants. Remontés, ils créent des groupes d'échange sur les réseaux sociaux, et manifestent en rue. L'extrême droite est présente dans ces manifestations, mais elle ne représente pas l'ensemble des personnes.

Dans 99 % des couples, c'est le mari qui conduit la plupart du temps. Pourquoi ce n'est pas bobone qui roule? Parce que les conducteurs, ils "sont meilleurs. Plus francs." Il y a même des psys qui pensent parce que ce serait un nouveau moyen de faire la guerre. La route : le champ de bataille. La BMW : le destrier. Tous contre tous et chacun pour soi.

La publicité électorale et ses abus n'ont rien de récent. Depuis que le vote existe, la collecte - sinon la captation - des voix constitue une préoccupation majeure, individuelle et collective, dans l'univers politique. À Rome déjà, plusieurs lois successives, intitulées De ambitu, visaient à réprimer la brigue, c'est-à-dire la corruption électorale. En 1989, la Belgique s'est dotée d'une loi sur la limitation et le contrôle des dépenses électorales.

Les photos et vidéos du Père Fouettard sont désormais interdites sur Facebook et Instagram. Le règlement intérieur des deux réseaux sociaux a été adapté en conséquence, a rapporté l'entreprise mardi lors d'une conférence de presse. La figure du ramoneur, sans blackface ou grimage en noir, est quant à elle toujours autorisée.

Le groupe Facebook a annoncé avoir banni de manière définitive de Facebook et Instagram le polémiste français Dieudonné M'Bala M'Bala, pour "contenu se moquant des victimes de la Shoah" et "termes déshumanisants à l'encontre des Juifs".