Tout sur Eugène Ernst

Pour les syndicats, reconnaître la pénibilité de la profession d'enseignant serait la moindre des choses, ont-ils souligné mercredi, lors d'une réunion nationale sur le dossier des métiers lourds. Rarement rassemblés depuis la communautarisation de l'enseignement, les syndicats néerlandophones et francophones ont décidé d'unir leurs forces pour protester contre la réforme des pensions initiée par le gouvernement fédéral.

La profession d'enseignant doit être reconnue comme pénible, ont insisté mercredi à Bruxelles, devant leurs délégués, les syndicats francophones et néerlandophones. Rarement rassemblés depuis la communautarisation de l'enseignement, ils ont décidé d'unir leurs forces, scandalisés par le projet de réforme des pensions du gouvernement et la possibilité que les professeurs ne soient pas repris sur la liste des métiers lourds.

Lorsqu'ils cosignent un communiqué de presse affirmant qu'aucune remise en cause d'éléments du Pacte d'Excellence ne peut être envisagée sous peine de voir l'ensemble de celui-ci s'effondrer, de quel côté sont les syndicats ? Du côté des travailleurs qu'ils disent représenter ou du côté du gouvernement ?

Boîtes à tartines pour certains, plumiers pour beaucoup et cartables pour tous: les quelque 900.000 élèves de la Fédération Wallonie-Bruxelles vont progressivement retrouver le chemin de l'école dès ce vendredi, tout comme leur quelque 100.000 enseignants. Cette rentrée des classes intervient toutefois dans un contexte politique inédit cette année après l'explosion en plein vol de la majorité PS-CDH en juin dernier.

La semaine dernière, les syndicats CGSP, CGSLB et SLFP-Enseignement avaient rejeté le pacte d'excellence tel que présenté en décembre. Avec les rejets de la CSC-Enseignement et du SEL-Setca enregistrés mercredi, aucun syndicat n'a avalisé le projet d'avis n°3.

Les enseignants de moins de cinquante ans actifs dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles affichent un taux d'absentéisme (3,15%) moins élevé que la moyenne de la population active, selon des chiffres de la Communauté française relayés ce lundi dans La Libre Belgique et la Dernière Heure. La tendance s'inverse toutefois passé la cinquantaine.