Tout sur Etienne Vermeersch

Il y aura tout juste 20 ans le 22 septembre prochain que la jeune demandeuse d'asile nigériane Semira Adamu est morte étouffée par un coussin lors d'un rapatriement forcé alors qu'elle était escortée par cinq gendarmes. Son décès a provoqué dans notre pays un véritable "traumatisme collectif", reconnaîtra des années plus tard le ministre de l'Intérieur actuel Jan Jambon (N-VA). À la suite du décès de Semira Adamu, la politique de retour - censée être le moyen ultime de la politique d'asile - fut déclarée défaillante.

Le quotidien De Morgen publie le classement des dix intellectuels les plus influents de Flandre. Le journal se base sur les réponses d'une centaine de Flamands éminents, parmi lesquels l'économiste Paul De Grauwe, l'écrivaine Kristien Hemmerechts ou encore l'humoriste Bert Kruismans.

Il est comme ça, Etienne Vermeersch. Carré. Inclassable, si ce n'est dans l'orbite d'une gauche "jaurésienne" et laïque qui le rend proche du SP.A. Autrement dit, il ne s'embarrasse pas de circonlocutions pour dire ce qu'il pense sur les sujets les plus chauds où une prudente expectative s'impose.