Tout sur Etienne Tshisekedi

L'ex-chef de guerre congolais Jean-Pierre Bemba va faire son retour à Kinshasa le 1er août, a annoncé lundi son parti, qui l'a déjà investi candidat à la présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI).

Le décès d'Etienne Tshisekedi ébranle un peu plus la transition politique à Kinshasa. La date du scrutin présidentiel reste incertaine. Le point avec le politologue Dieudonné Wamu Oyatambwe.

La principale divergence à surmonter pour parvenir à un accord entre le pouvoir et l'opposition pour sortir la République démocratique du Congo (RDC) de la crise provoquée par le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila est l'attribution du poste de Premier ministre, rapporte lundi la presse kinoise.

Kinshasa était dans l'expectative dimanche, sous forte surveillance policière et militaire, après la suspension des pourparlers pour sortir de la crise politique en République démocratique du Congo, où le président Joseph Kabila achève son mandat mardi sans que son successeur ait été élu.

L'opposant historique congolais Etienne Tshisekedi wa Mulumba s'est envolé mercredi matin de Bruxelles à destination de Kinshasa, rentrant en République démocratique du Congo (RDC) après près de deux ans de convalescence en Belgique afin de poursuivre ses activités politiques dans un contexte de tensions croissantes, a-t-on appris auprès de son parti.

L'opposant historique congolais Etienne Tshisekedi a annoncé dimanche soir avoir demandé à ses délégués de se retirer des négociations entamées avec le régime de Kinshasa pour préparer un "dialogue national" voulu par le président Joseph Kabila à l'approche de plusieurs élections, à la suite de l'"échec" d'entretiens avec des représentants du camp présidentiel.

Le président Joseph Kabila "doit partir car il est le principal responsable des malheurs" qui touchent la République démocratique du Congo (RDC), a affirmé jeudi matin M. Bruno Mavungu, secrétaire général de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le principal parti de l'opposition.

Le chef de l'Etat congolais, Joseph Kabila, réélu à l'issue d'un scrutin contesté, a appelé samedi à la "cohésion nationale" pour faire de la République démocratique du Congo (RDC) un pays émergent, alors que son principal rival Etienne Tshisekedi se considère toujours "président élu".

L'opposant congolais Etienne Tshisekedi, battu à la présidentielle en République démocratique du Congo par le sortant Joseph Kabila, selon les résultats officiels qu'il conteste, se considère toujours le "président élu" de la RDC et veut prêter serment vendredi, a-t-il déclaré dimanche.

Le président réélu de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, a reconnu lundi à Kinshasa des "erreurs" lors de l'élection présidentielle du 28 novembre en estimant qu'elles n'invalidaient pas les résultats du scrutin.

L'Union européenne et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ont lancé un appel au calme au Congo après les résultats de l'élection présidentielle, entachée de fraudes et remportée par le président sortant Joseph Kabila. L'opposant Etienne Tshisekedi rejette "en bloc" le résultat et s'est aussitôt proclamé "président élu" de la RDC.

Forces de police plus visibles, population inquiète, expatriés et Congolais fuyant à Brazzaville : la République démocratique du Congo (RDC) et particulièrement sa capitale, Kinshasa, vivent dans la crainte de violences à 24 heures de l'annonce des résultats complets de la présidentielle du 28 novembre.

Le calme est revenu peu après 20h dans le quartier de Matonge à Ixelles où ont eu lieu lundi après-midi, des échauffourées entre les forces de l'ordre et des sympathisants du candidat à l'élection présidentielle congolaise Etienne Tshisekedi.

L'Union pour la Démocratie et le Progrès social (UDPS), le parti de l'opposant congolais Etienne Tshisekedi, a revendiqué jeudi la victoire de son candidat à l'élection présidentielle qui s'est tenue de lundi à mercredi en République démocratique du Congo (RDC), parallèlement aux scrutins législatifs.

L'opposant congolais Etienne Tshisekedi a décidé dimanche de défier le régime du président Joseph Kabila et la communauté internationale en appelant ses partisans à se rassembler en dépit de la clôture de la campagne électorale. Mais peu de gens ont répondu présent.

La tension s'exacerbe à trois semaines des élections en République démocratique du Congo (RDC) où des heurts ont opposé à Lubumbashi (sud-est) des partisans de la majorité et de l'opposition, dont une télévision a été coupée après un appel à la violence de l'opposant Etienne Tshisekedi.