Tout sur Etienne de Callataÿ

Interrogé par nos confrères de Knack, Étienne de Callataÿ, économiste en chef de la banque Degroof, ne cache pas qu'il a envie d'occuper un poste de ministre pour le MR. Il estime qu'atteindre un équilibre budgétaire d'ici 2016, comme le souhaite l'Europe, est contre-productif. "La coalition suédoise doit servir l'intérêt général. C'est pourquoi elle ne doit pas seulement s'en prendre aux tabous de la gauche, mais également à ceux de la droite".

Apprécié pour son sens pédagogique, Etienne de Callataÿ est un économiste - il n'avait pas vu venir la crise de 2008 et l'avait confessé dans un livre -, pas un financier pur et dur. Régulièrement, il distribue les bonnes et les mauvaises notes aux acteurs de la société selon des critères de jugement argumentés. Tout en assumant ses partis pris. Il ménage les socialistes Di Rupo et la ministre SP.A de l'Emploi De Coninck, accable le libéral Verhofstadt et s'attaque aux tabous syndicaux, comme l'indexation automatique des salaires. Pour sortir de la crise, il mise sur le modèle allemand ("les jobs à 2 euros valent mieux que pas de job") et souhaiterait administrer des réformes en profondeur à la Belgique sur le plan fiscal et social. Professeur à ses heures, y compris à la Faculté économique et sociale de la deuxième chance (Fopes/UCL/MOC), voici sa leçon.