Tout sur États-Unis

De Bristol à Budapest en passant par Madrid et Rome, des dizaines de milliers d'Européens ont rejoint dimanche les manifestations contre le racisme, prolongeant la vague de protestation déclenchée aux États-Unis par la mort de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc à Minneapolis.

Fermeture des écoles, des parcs, des activités culturelles... Les enfants voient aussi leur vie bouleversée par la pandémie de coronavirus. Les conséquences de cette période pourraient se faire sentir sur le reste de leur vie.

Ce dimanche, une manifestation est prévue à Bruxelles pour rendre hommage à George Floyd, cet Afro-Américain tué par la police aux États-Unis à la fin du mois de mai. 6000 personnes ont répondu présentes à l'évènement sur Facebook. 13.000 autres se disent intéressées. Mais est-il possible d'aller manifester en toute sécurité en période de pandémie ?

L'Union européenne élabore des plans pour faire face à la crise économique post-corona. Et elle ne s'y prend pas trop mal. L'historien et économiste, Adam Tooze, se dit agréablement surpris par les propositions de la présidente de la Commission Ursula von der Leyen. "Personne n'aurait osé prédire cela il y a deux mois."

Le groupe "Réparons l'Histoire" a lancé mardi sur le site change.org une nouvelle pétition demandant d'enlever toutes les statues de Léopold II sur le territoire de la ville de Bruxelles. Plus de 20.000 personnes ont déjà signé la pétition et le sujet sera abordé lors du prochain Conseil communal de la Ville de Bruxelles, le lundi 8 juin.

"Pour la première fois de ma vie en 2020, je marche dans les rues de Bruxelles et la pensée que je puisse être abattue du fait de ma couleur de peau m'effleure de temps à autre", écrit Carmen Manga, Camerounaise d'origine.

Un médicament, l'anakinra, initialement destiné à des maladies rhumatismales, donne des résultats "encourageants" pour les formes graves du Covid-19 en réduisant le risque de décès et le besoin d'être mis sous respirateur en réanimation, selon une étude française qui offre une lueur d'espoir.

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi que les États-Unis mettent fin à leur relation avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il estime que l'organisation a été "manipulée" par la Chine durant la crise du coronavirus.

La Chine et les Etats-Unis sont "au bord d'une nouvelle Guerre froide", a averti dimanche le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi, en déplorant le regain de tensions avec Washington autour de l'épidémie de coronavirus. Pékin s'est par ailleurs dit prêt à une coopération internationale sur l'origine du virus.