Tout sur ETA

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a rendu vendredi hommage aux victimes de l'ETA, dont la dissolution était en parallèle actée à Cambo-les-Bains, au Pays basque français, et a refusé toute concession envers le groupe indépendantiste basque.

Six ans après l'annonce d'un cessez-le-feu par les nationalistes armés, les langues se délient peu à peu au Pays basque espagnol. Terroristes et victimes confrontent leurs visions de la violence aveugle pour laquelle l'ETA vient de demander pardon.

Les responsables du gouvernement catalan ont laissé croire que "tout serait facile", dénonce Barbara Loyer, spécialiste de la géopolitique de l'Espagne. Non, tout n'est pas facile. Mais le Parti populaire, le Parti socialiste et l'organisation séparatiste basque ETA ont aussi leur part de responsabilité dans le fiasco.

"Qu'on laisse les Catalans voter!": la phrase jaillit de beaucoup de lèvres, dans les rues des grandes villes modérées comme dans les villages farouchement indépendantistes du Pays Basque espagnol. Souvent suivie d'un soupir d'exaspération envers le gouvernement de Madrid.

L'organisation séparatiste basque espagnole ETA a confirmé qu'elle procèdera samedi au Pays Basque français à un "désarmement total" qui, s'il est effectif, tournera une page historique en Espagne et en France.

L'ETA devrait transmettre la liste de toutes ses caches d'armes à la justice française le 8 avril, a déclaré samedi à l'AFP une source en Espagne proche des pourparlers en vue du désarmement de l'organisation séparatiste basque.

L'organisation séparatiste armée basque ETA agonise cinq ans après avoir renoncé à la violence sans avoir obtenu que Madrid ou Paris négocient avec elle, comme en témoigne le démantèlement d'une importante cache d'armes qui aurait pu servir de gage.

"À mesure que les incidents et les conflits augmentent, les Occidentaux auront davantage tendance à se confronter au fondamentalisme musulman." Dans son livre intitulé "Macht en onmacht" (Puissance et impuissance), la philosophe Tinneke Beeckman évoque les nouveaux héros, les citoyens trop critiques et le succès de théories de complot. "À l'heure actuelle, on met tout en doute". Entretien.

L'arrestation de deux responsables de l'ETA au Pays basque français par les polices espagnole et française a porté mardi un rude coup à l'organisation séparatiste basque espagnole, en lente agonie depuis son renoncement à la lutte armée en 2011.

Le mouvement séparatiste basque abandonne la lutte armée. Dans la région, il faudra réapprendre à vivre ensemble, sans oublier. D'anciens terroristes demandent pardon aux victimes de la bande armée. Un premier pas vers une réconciliation ?