Tout sur Erika Vlieghe

Erika Vlieghe, infectiologue et cheffe du service des maladies infectieuses de l'hôpital universitaire d'Anvers, a exprimé sa vive inquiétude et sa colère au sujet de l'affluence importante samedi à Bruges et à Bruxelles. "Comment est-ce possible?", s'est-elle indignée sur les ondes de la VRT.

Un assouplissement de dernière minute des mesures de limitation des contacts, avant les fêtes de fin d'année, est exclu, a clarifié dimanche le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (sp.a) sur le plateau de l'émission "C'est pas tous les jours dimanche" (RTL-TVi). Les autorités ont en effet fixé certains plafonds pour de futurs assouplissements, que l'on est encore loin d'atteindre.

Nous n'avons pas encore suffisamment d'informations concernant les vaccins potentiels contre le coronavirus pour déterminer qui nous allons vacciner en premier, a déclaré mardi l'infectiologue Erika Vlieghe lors d'une table ronde à la Health House. "La stratégie peut varier d'un vaccin à l'autre", a-t-elle ajouté.

À l'heure où Bruxelles et la Wallonie ont pris des mesures drastiques pour endiguer la deuxième vague de la pandémie de coronavirus, le ministre-président Jan Jambon (N-VA) ne voulait pas prendre de mesures supplémentaires ce week-end. Finalement, le gouvernement flamand a décidé de se réunir mardi soir pour discuter d'éventuelles mesures supplémentaires.

Les hôpitaux doivent passer en phase 2A d'ici au 2 novembre, peut-on lire dans une lettre du Comité Hospital & Transport Surge Capacity adressée aux hôpitaux et confirmée par l'infectiologue Erika Vlieghe. Cela implique que les hôpitaux doivent réserver 60% de la capacité des soins intensifs pour faire face à l'afflux de patients Covid. Les soins réguliers seront progressivement réduits.

Plusieurs experts du coronavirus feront une "grève du silence" ce week-end. Les experts estiment que les responsables politiques refusent trop souvent de donner des interviews sur la politique liée au coronavirus et qu'ils se cachent trop souvent derrière eux.

De Leïla Belkhir à Marc Van Ranst, les avis sur la gravité de la situation épidémiologique liée au coronavirus en Belgique divergent. Certains experts peuvent paraître plus rassurants dans leurs prises de parole, alors que d'autres tirent plus facilement la sonnette d'alarme sur la situation sanitaire ou essaient, par une communication plus tranchée, d'influencer certaines décisions politiques.

"Toute la clarté doit être faite" sur les déclarations d'Erika Vlieghe, la présidente du GEES - le groupe qui a piloté la sortie du confinement en Belgique - relatives à une proposition, dès le mois de mars, d'une coordination interfédérale pour les maisons de repos qui aurait été refusée par les Régions, estime samedi le PTB qui demande une réunion d'urgence de la commission spéciale covid du parlement wallon.

La communication bâclée de Jan Jambon autour de l'affaire Joseph Chovanec n'est pas la première affaire du genre. Nos confrères de Knack ont établi un aperçu des bévues et des mensonges flagrants de Jan Jambon. Il est loin d'en être à son coup d'essai.