Tout sur enseignement supérieur

La Fédération des étudiants francophones (FEF) dénonce la non-indexation de certains budgets, dont celui de l'aide à la réussite, après avoir rencontré la semaine passée le ministre de l'Enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles Jean-Claude Marcourt (PS), en compagnie des représentants syndicaux. Le manque à gagner s'élèverait à 1,7 million d'euros, lit-on lundi dans Le Soir.

Alors que la Flandre vient de décider de relever sensiblement les droits d'inscription dans le supérieur, le ministre en charge de cette matière en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt (PS), a écarté mercredi toute augmentation "importante" du minerval après 2015 dans les établissements francophones.

Le ministre en charge de l'Enseignement supérieur, Jean-Claude Marcourt (PS), a confirmé jeudi devant le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles que l'ensemble de l'enseignement supérieur bénéficierait d'un refinancement d'"un peu plus d'une centaine de millions d'euros" au cours de cette législature.

Le centre de réflexion Itinera propose d'introduire un test de sélection à l'entrée du supérieur dans le but de filtrer les étudiants " moins bons et moins motivés ". La Fédération des Étudiants francophones (FEF) s'y oppose et vise à un meilleur financement.

Un étudiant Erasmus sur quatre a rencontré son partenaire lors de son séjour à l'étranger, a révélé lundi la Commission européenne, et le programme européen d'échange universitaire a même contribué à la naissance d'un million de bébés depuis son entrée en vigueur en 1987.

Selon une enquête réalisée par le thinktank Itinera, les professeurs de l'enseignement supérieur flamand estiment qu'un étudiant sur cinq ne mérite pas son diplôme. Les étudiants concernés seraient incapables de penser par eux-mêmes et maîtriseraient même mal leur langue maternelle, le néerlandais.

On savait que la réforme du paysage de l'enseignement supérieur était un foyer potentiel d'incendie. Illustration : des hautes écoles sont inquiètes, et en colère. Elles estiment que l'avant-projet de Jean-Claude Marcourt fait la part belle aux universités. Il n'y a rien là de bien neuf, en réalité.

Organisations étudiantes, syndicats et direction d'école supérieure ont fait part mercredi de leurs inquiétudes concernant l'avant-projet de décret de Jean-Claude Marcourt, ministre de l'Enseignement supérieur de la Fédération Wallonie-Bruxelles, visant à réorganiser le paysage de l'enseignement supérieur à Bruxelles et en Wallonie.

Un vent favorable a amené à la rédaction du Vif/L'Express la troisième version du décret "paysage de l'enseignement supérieur". Jean-Claude Marcourt parviendra-t-il à faire passer son décret malgré "un vrai blocage et une veillée d'armes à couteaux tirés.

Comme si la réforme de l'enseignement supérieur n'était pas déjà assez compliquée, le ministre compétent en la matière, Jean-Claude Marcourt (PS), souhaite créer un système avec une unique académie, secondée par des pôles géographiques. Le processus de décision stratégique de l'académie unique associerait le monde politique, culturel et social.

Après avoir rencontré mardi soir les recteurs des universités, le ministre de l'Enseignement supérieur Jean-Claude Marcourt a annoncé mercredi matin l'octroi de 3 millions d'euros supplémentaires en 2011 pour renforcer l'encadrement pédagogique dans l'enseignement supérieur. Il a aussi confirmé son intention d'organiser un test en début d'études de médecine.