Tout sur Engie

L'indisponibilité des réacteurs nucléaires Doel 1 et 2 a été prolongée. Le premier sera hors service jusqu'au 15 mars alors que le second devrait être opérationnel après le 28 janvier, a annoncé mardi l'exploitant Engie Electrabel. Les précédentes estimations du groupe tablaient sur une reprise fin janvier pour Doel 1 et fin décembre pour Doel 2. Le redémarrage de Tihange 3 pourrait par contre être avancé.

Le gouvernement fédéral ne joue pas la montre mais travaille au "renforcement" du principe "pollueur-payeur" dans le dossier de la gestion des provisions nucléaires qui incomberont à Engie-Electrabel dans le cadre du démantèlement des centrales nucléaires et de la gestion des déchets nucléaires, a indiqué mercredi la ministre de l'Energie Marie Christine Marghem.

Au terme de discrètes négociations, la ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem et les dirigeants d'Engie sont proches d'un accord sur les provisions nucléaires, qui doivent servir à couvrir le coût du démantèlement des réacteurs et la gestion des déchets nucléaires, indiquent mardi L'Echo et De Tijd.

Au terme de discrètes négociations, la ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem et les dirigeants d'Engie sont proches d'un accord sur les provisions nucléaires, qui doivent servir à couvrir le coût du démantèlement des réacteurs et la gestion des déchets nucléaires, indiquent mardi L'Echo et De Tijd. La maison-mère d'Electrabel est prête à donner une caution sur ces provisions mais veut, en échange, être sûre qu'il n'y aura pas de coûts supplémentaires.

L'organisation de défense des consommateurs Test-Achats demande au gouvernement d'agir pour atténuer la hausse de la facture d'énergie. Selon Test-Achats, une famille sur cinq est en situation de précarité énergétique. En comparaison avec septembre 2017, le prix de l'électricité pour un ménage moyen a augmenté de 142 euros et le prix du gaz de 246 euros.

On discute beaucoup de la bulle des certificats verts ces derniers jours. Ce que je ne comprends pas c'est pourquoi on discute de cette bulle car elle n'existe plus. La seule chose qu'on peut photographier, c'est un Gouvernement wallon qui a décidément toujours peur de s'attaquer aux surprofits des gros producteurs d'énergie renouvelable. C'est comme si on préférait donc endetter largement le wallon à hauteur de 1,8 milliards chez BNP Paribas tout en freinant également le développement de la transition énergétique.

Le réacteur Tihange 2 s'est arrêté lundi de manière non programmée. Il s'agit d'un arrêt automatique, à la suite d'un problème au niveau de la connexion avec le réseau haute-tension, selon un porte-parole d'Engie Electrabel

Engie Electrabel a découvert un vice de construction au sein du réacteur nucléaire Tihange 3, à l'arrêt depuis le 30 mars, révèle jeudi Le Soir. Des anomalies au niveau des armatures du béton armé, présentes depuis la construction du bâtiment, auraient ainsi été mises au jour. Ce qui pourrait potentiellement mettre à mal la résistance de la structure.

La ministre de l'Énergie Marie Christine Marghem a écrit à Synatom, filiale d'Electrabel, pour lui enjoindre de l'"assurer sous huitaine" que cette dernière offre les garanties suffisantes pour faire face à ses obligations, a-t-elle indiqué jeudi à la Chambre, sur fond de craintes d'insolvabilité rendant impossible la responsabilité de l'électricien dans la gestion des coûts du démantèlement des centrales et de la gestion des déchets nucléaire.

Le groupe "Engie est très clairement en train d'organiser l'insolvabilité d'Electrabel par rapport à sa responsabilité dans la gestion des coûts du démantèlement des centrales et de la gestion des déchets nucléaire", dénonce Jean-Marc Nollet, député fédéral écolo, dans la foulée d'un article de L'Echo évoquant le versement par Electrabel à sa maison-mère française, Engie, d'un dividende d'1,641 milliard d'euros.