Tout sur Energie nucléaire

Il est parfois difficile de ramener un débat sensible sur les rails du raisonnable... Comme un refrain automnal porté par les premiers frimas, la question des risques de black-out électrique réapparaît avec son cortège d'interrogations sur la prolongation de la durée de vie de nos centrales nucléaires, sur leur importance pour assurer notre indépendance énergétique et, in fine, sur le confort des ménages belges.

Le Centre d'étude de l'Energie nucléaire (SCK-CEN), situé à Mol (province d'Anvers), n'a pas correctement signalé aux autorités un incident nucléaire datant du 15 mai 2019, lors duquel une quantité infime de radioactivité a été libérée, rapportent samedi Gazet van Antwerpen et Het Nieuwsblad. "Inadmissible", s'est insurgé le ministre compétent Pieter De Crem (CD&V).

Le Centre d'étude de l'Energie nucléaire (SCK-CEN), situé à Mol (province d'Anvers), prévient lundi soir qu'un "rejet limité de Sélénium radioactif" s'est produit dans l'après-midi au cours d'une manipulation. Les autorités officielles ont été averties. "Cet événement n'a pas d'impact sur la santé des travailleurs ou de la population, ni sur l'environnement", assure le centre de recherche.

Le président iranien Hassan Rohani a annoncé mercredi que son pays avait bien l'intention de produire, à partir du 7 juillet, de l'uranium enrichi à un degré supérieur au seuil maximum de 3,67% fixé par l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

Le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas, en visite à Téhéran, a exhorté lundi l'Iran à respecter l'accord international sur le nucléaire et à "maintenir le dialogue avec l'Europe", estimant qu'il en allait "de son intérêt politique et stratégique".