Tout sur Élysée

Un Italien, directeur d'un petit théâtre parisien, a été interpellé jeudi matin après avoir tenté, sans succès, de forcer avec sa voiture les grilles du palais présidentiel français de l'Elysée, pour dénoncer la baisse de subventions touchant son établissement. Selon Le Parisien, il jouait le rôle de Marcello, le joueur de mandoline italien, dans Les Bronzés font du ski.

François Hollande a présenté ses condoléances au Royaume-Uni à l'occasion du décès de Margaret Thatcher. S'il s'agit d'un geste diplomatique aimable de la part de l'Élysée, le procédé s'est avéré assez peu réussi.

Un entrepreneur travaillant sur l'installation de la fibre optique dans certains bâtiments parisiens s'est fait dérober les plans dans sa voiture, assure Le Parisien.

Pour le déplacement de Nicolas Sarkozy sur un chantier de l'Essonne jeudi, il n'y avait pas assez d'ouvriers sur place. Mais l'Elysée a la solution à tout, et avait donc exigé la présence de figurants.

La France vient de perdre son triple A et Nicolas Sarkozy, du terrain dans la course présidentielle. Le chef de l'Etat français n'avait-il pas quasiment lié son sort au maintien de cette note prestigieuse ? Et voilà que ce "trésor national" n'est plus ! L'homme qui a théorisé et popularisé cette dramaturgie s'appelle Alain Minc. N'a-t-il pas répété à l'envi que le président "jouait sa peau" sur le maintien de ces trois lettres ? Depuis 2007, le banquier d'affaires, essayiste, économiste est de ceux que Nicolas Sarkozy écoute. Qu'il s'agisse de supprimer la publicité à la télévision ou de recruter un directeur de campagne. A la fois sarkophile et sarkologue, Minc s'explique ici sur le triple A. Et donne son analyse de la crise de la zone euro et de la présidentielle française.

Une enquête Viavoice pour Libération affirme que Marine Le Pen attire 18% des Français et que 12% supplémentaires n'envisagent "probablement pas" de voter pour elle. Ils ajoutent que leur décision n'est pas arrêtée.

Le site officiel de l'Elysée fait peau neuve. Deux jours après son lancement, le dernier lifting de l'Élysee.fr fait beaucoup parlé de lui. En cause : sa ressemblance avec la homepage de la Maison Blanche.