Tout sur Elio Di Rupo

Budget: la Région et la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la même longueur d'ondes

Elio Di Rupo (PS) et Pierre-Yves Jeholet (MR), respectivement à la tête de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, se sont officiellement rencontrés pour la première fois de la législature, ce mardi, à Namur. Au menu de cette réunion: la collaboration des 2 entités en matière de relations internationales, d'enseignement ou encore de lutte contre la pauvreté mais aussi le budget alors que tant la Région que la FWB afficheront, en 2020, des déficits conséquents.

Bouchez peut amener le MR à 30%

Le MR avait besoin d'un coup de boost et de rajeunissement. C'est assez évident. Les dernières élections n'ont pas été bonnes pour le parti libéral, elles ont même été mauvaises.

La Wallonie veut investir 600 millions de 2021 à 2024

Si un montant de 350 millions d'euros a été prévu par le gouvernement wallon dans son budget initial 2020 pour financer des investissements stratégiques hors périmètre SEC, ce montant passera à 606 millions en 2021 et 2022 puis à 656 millions les 2 années suivantes, a confirmé le ministre-président régional, Elio Di Rupo (PS), interrogé sur le sujet, lundi, en commission du Parlement de Wallonie par le chef de groupe du cdH, François Desquesnes, et par le député Ecolo Manu Disabato.

2020, année de transition pour un budget wallon en déficit de 435 millions d'euros

Finalement entamé mardi matin, le conclave budgétaire wallon a accouché, 2 jours plus tard, d'une trajectoire prévoyant un budget régional en déficit de 435 millions d'euros en 2020. "Il s'agit d'un budget de transition respectant nos engagements, dont ceux d'un retour à l'équilibre en 2024 sans aucune nouvelle taxation et d'un redéploiement en phase avec les défis sociaux, climatiques et économiques que la Région doit affronter", a souligné jeudi le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS).

Les collaborateurs personnels des anciens ministres dans le viseur

Des années après leur départ, les anciens ministres fédéraux bénéficient encore de collaborateurs rémunérés par l'Etat. Si les formations politiques flamandes affirment vouloir mettre un terme à ce système, elles y ont encore toutes recours, rapporte lundi le quotidien De Standaard.

Pas de discussion officielle entre Jan Jambon et Elio Di Rupo

Il n'y aura pas de discussion officielle sur la situation fédérale entre Jan Jambon (N-VA), le ministre-président flamand, et son homologue wallon Elio Di Rupo (PS), en marge de la visite d'Etat du roi Philippe et la reine Mathilde, au Grand-Duché de Luxembourg.

"L'époque de la maximisation du profit se termine"

Elio Di Rupo a souligné l'importance du rôle social des entreprises, mercredi soir, lors de son discours devant l'assemblée générale de l'Union wallonne des Entreprises (UWE) à Louvain-la-Neuve. Le nouveau ministre-président a appelé les patrons à se "saisir des opportunités" liées à la phase de transition dans laquelle se trouve la Wallonie.

Quelles conséquences en Wallonie de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen?

A la suite de l'incendie qui a ravagé l'usine Lubrizol, classée Seveso, à Rouen le 26 septembre dernier, un protocole de suivi a été mis en place, a assuré lundi le ministre-président wallon, Elio Di Rupo, en commission du parlement régional. Des tests sur des échantillons de potagers ont notamment été demandés à l'ISSeP, l'Institut Scientifique de Service Public pour la surveillance de l'environnement en Wallonie. Leurs résultats seront connus dans une quinzaine de jours et seront rendus publics, a-t-il affirmé.

Nethys: le gouvernement wallon casse les ventes de Voo, Elicio et Win

Le gouvernement wallon a pris dimanche trois arrêtés cassant les ventes, par Nethys, des parts de cette dernière dans le câblodistributeur Voo, la société d'énergie éolienne Elicio et la firme de services informatiques Win, ont annoncé le ministre-président Elio Di Rupo et le ministre des Pouvoirs locaux Pierre-Yves Dermagne.

Paul Magnette président du PS, dernière carte avant l'implosion ?

Putain, vingt ans ! Le 19 octobre, Elio Di Rupo ne sera plus président du Parti socialiste. Il laisse à son successeur désigné depuis longtemps, Paul Magnette, une formation en difficulté, dont le bourgmestre de Charleroi a lui-même affirmé qu'elle pouvait disparaître. Le Vif/L'Express fait le tour du nouveau propriétaire.

Paul Magnette à la tête du PS, bingo pour Charleroi ?

Structurellement désavantagée par rapport aux autres grandes villes wallonnes, Charleroi gagne, avec l'accession à la présidence de Paul Magnette au PS, un relais de poids. Le plus puissant, en fait, qui puisse corriger une discrimination historique.

Le flamand n'est pas en voie d'extinction

Face à une Belgique qui se délite tous les jours un peu plus, et où seul le foot semble encore réunir Wallons et Flamands, on ne peut s'empêcher d'éprouver un sentiment de tristesse, de dégoût, de révolte, mais aussi de combativité.

Le virage budgétaire de la N-VA

Pour la N-VA, un budget équilibré n'est plus sacré. Ce faisant, elle prend le même chemin que le gouvernement wallon arc-en-ciel.