Tout sur Elio Di Rupo

Le vice-président de la N-VA Lorin Parys a répété lundi matin au micro de la VRT (De Ochtend, Radio 1) que les nationalistes flamands sont prêts à "s'attaquer aux pensions les plus basses", à condition que l'on sorte du "statu quo institutionnel" que connait le pays. Ce rappel survient alors que les informateurs royaux Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) se rendent mardi chez le souverain pour y clore leur mission.

"Pour le gouvernement wallon, c'est non! Nous restons cohérents avec notre Déclaration de politique régionale (DPR) et nos objectifs économiques, sociaux et environnementaux définis dans notre stratégie de transition", a affirmé, lundi après-midi, le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS) alors que le très décrié accord entre l'Union européenne et le Mercosur était débattu en commission du parlement régional.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo a réclamé jeudi une "attitude positive" de la part des présidents de parti, à la suite d'une journée marquée des commentaires en tous sens sur une note des informateurs royaux, qui doivent présenter lundi un rapport probablement final de leur mission.

Le député wallon Philippe Blanchart (PS) est mort à l'âge de 56 ans des suites d'une longue maladie, rapporte le site du groupe Sudpresse. Son décès a été annoncé jeudi par ses proches sur Facebook.

L'ex-président du Parti socialiste Elio Di Rupo reconnaît, dans une interview vendredi au quotidien flamand De Morgen, que le syndicat socialiste FGTB est fortement infiltré par le PTB, ce qui constitue à ses yeux "un énorme problème" pour le PS. Il va jusqu'à comparer le "simplisme" du discours PTB avec celui de l'extrême-droite.

En une année, marquée par des élections générales, toutes les présidences des partis francophones, PTB excepté, ont changé. Charles Michel, Didier Reynders, Elio Di Rupo, Laurette Onkelinx, Benoît Lutgen, Joëlle Milquet et Zakia Khattabi, notamment, ont quitté l'avant-scène politique nationale.

Une première rencontre officielle de la législature entre les ministres-présidents wallon et bruxellois Elio Di Rupo et Rudi Vervoort s'est tenue mardi à l'Elysette à Namur, dans une ambiance détendue entre les deux socialistes. La mobilité sera l'un des thèmes au coeur de la concertation entre les deux Régions, ont-ils annoncé.

Belgique, décembre 2019. Les informateurs succèdent aux préformateurs qui succèdent aux informateurs qui cherchent à introniser des formateurs. Comme souvent depuis vingt ans. Comment réussir une telle mission ? Esquisse d'une méthode.

Le conseil d'administration de l'assureur Integrale a décidé à l'unanimité ce mercredi après-midi de maintenir son recours devant la Cour constitutionnelle contre le décret gouvernance wallon, rapportent Le Soir et L'Echo. Une décision qui ne fait pas les affaires du gouvernement régional, lui qui tente de sauver ce texte emblématique et qui, à cette fin, vient d'approuver, en première lecture, un avant-projet de décret qui permettrait à Intégrale de sortir de son champ d'application.

Elio Di Rupo (PS) et Pierre-Yves Jeholet (MR), respectivement à la tête de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, se sont officiellement rencontrés pour la première fois de la législature, ce mardi, à Namur. Au menu de cette réunion: la collaboration des 2 entités en matière de relations internationales, d'enseignement ou encore de lutte contre la pauvreté mais aussi le budget alors que tant la Région que la FWB afficheront, en 2020, des déficits conséquents.

Le MR avait besoin d'un coup de boost et de rajeunissement. C'est assez évident. Les dernières élections n'ont pas été bonnes pour le parti libéral, elles ont même été mauvaises.

Si un montant de 350 millions d'euros a été prévu par le gouvernement wallon dans son budget initial 2020 pour financer des investissements stratégiques hors périmètre SEC, ce montant passera à 606 millions en 2021 et 2022 puis à 656 millions les 2 années suivantes, a confirmé le ministre-président régional, Elio Di Rupo (PS), interrogé sur le sujet, lundi, en commission du Parlement de Wallonie par le chef de groupe du cdH, François Desquesnes, et par le député Ecolo Manu Disabato.

Finalement entamé mardi matin, le conclave budgétaire wallon a accouché, 2 jours plus tard, d'une trajectoire prévoyant un budget régional en déficit de 435 millions d'euros en 2020. "Il s'agit d'un budget de transition respectant nos engagements, dont ceux d'un retour à l'équilibre en 2024 sans aucune nouvelle taxation et d'un redéploiement en phase avec les défis sociaux, climatiques et économiques que la Région doit affronter", a souligné jeudi le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS).