Tout sur Elio Di Rupo

"C'est le virus qui est le maître du temps", a affirmé le ministre-président wallon Elio Di Rupo sur le plateau de l'émission "Jeudi en prime" sur la RTBF. Selon lui, le comité de concertation convoqué vendredi envisagera le report au 19 avril des mesures d'assouplissements qui avaient été annoncées pour le 1er avril.

Le ministre-président wallon Elio Di Rupo (PS) souhaiterait s'inspirer de la fusion entre Région et Communauté décidée au nord en 1980: "il faudrait remplacer la Fédération Wallonie-Bruxelles par 'autre chose'". Tout en répétant le le leitmotiv du PS: une Belgique à quatre.

Le Comité de concertation a décidé d'assouplir une série de mesures sanitaires: la bulle extérieure sera élargie à 10 personnes à partir du 8 mars, et l'enseignement fera également l'objet d'assouplissements. L'horeca pourrait rouvrir le 1er mai sous protocole strict. L'interdiction des voyages non essentiels est prolongée jusqu'au 18 avril. "Dehors, dehors, dehors", a souligné Alexander De Croo, insistant sur l'importance de se voir à l'extérieur.

"Il y aura plusieurs phases (d'assouplissement des mesures sanitaires)", a annoncé vendredi le ministre-président wallon Elio Di Rupo à la sortie du comité de concertation. "Dès la mi-mars avec les écoles, en avril avec du plein air et puis, au mois de mai, des activités intérieures et extérieures", a-t-il indiqué.

Face à la détérioration de la situation épidémiologique dans notre pays, le comité de concertation n'a procédé à aucun assouplissement des règles sanitaires. "En pleine tempête, il ne faut pas décoller", a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo (Open VLD).

Il est impossible pour le moment de déterminer si la Belgique reste sur un plateau concernant la progression du coronavirus ou si la récente hausse des chiffres de l'épidémie représente le début d'une courbe exponentielle, a indiqué vendredi l'épidémiologiste Yves Coppieters sur le plateau de la RTBF. Selon lui, la question ne sera pas non plus tranchée dans une semaine.

Elio Di Rupo a rendu visite mardi à la ville de Binche alors que la traditionnelle sortie des Gilles à l'occasion du mardi gras n'a pas pu avoir lieu en raison de la situation sanitaire. Le ministre-président wallon en a profité pour évoquer une mesure en faveur des louageurs de costumes folkloriques.