Tout sur elections communales

Les premiers conseils communaux issus du scrutin du 14 octobre dernier se tiendront dès mercredi en Flandre. Quatorze administrations ne connaissent toutefois pas encore le nom de celui qui occupera le maïorat. Dans quatre communes, le bourgmestre est déjà nommé mais son mandat a été suspendu par le Conseil pour les contestations électorales (Raad voor Verkiezingsbetwistingen), selon les données du ministre flamand de l'Administration intérieure, Geert Bourgeois (N-VA).

L'ascension électorale de la N-VA le 14 octobre a profondément modifié la composition des majorités en Flandre. A peine 8% des communes ont conservé une majorité identique à celle qui s'était constituée en 2006, rapporte ce mercredi "De Standaard".

De 2006 à 2012, la proportion de femmes élues a seulement augmenté de 33,3% à 35,9% aux communales et de 37,1% à 38,1% aux provinciales, a indiqué dimanche la ministre de l'Egalité des chances Joëlle Milquet, qui a compilé des chiffres sur l'ensemble du royaume.

Le collège provincial de Namur a décidé ce mardi d'annuler l'élection du conseil communal d'Assesse à la suite d'un recours du bourgmestre sortant Luc Bouveroux (MR), qui avait raté la majorité absolue pour 12 voix. Le collège provincial estime qu'il existe un doute sur la régularité du dépouillement dans un bureau de vote.

Le ministre-président bruxellois Charles Picqué est d'avis que le parti socialiste a mal négocié l'après scrutin communal du 14 octobre dernier, marqué par une série de bouleversements dans plusieurs communes bruxelloises et dont les conséquences étaient susceptibles d'affecter les relations entre partis de la majorité régionale ou fédérale.

"Score monstre", "pari remporté", "sanction pour le gouvernement fédéral", la presse européenne constate lundi matin la victoire de la N-VA aux élections locales en Flandre et souligne que le succès des indépendantistes risque de compliquer singulièrement la tâche du gouvernement Di Rupo, voire de mettre un peu plus en péril l'avenir de la Belgique.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 8h pour la plupart. Certains des principaux noms comme Bart de Wever, Laurette Onkelinx, Elio Di Rupo et la princesse Astrid ont déjà voté. Vue d'ensemble, en images.

Le président du parti populaire (PP), Mischaël Modrikamen, a dévoilé mardi à la presse ses ambitions pour les élections communales qui auront lieu dans cinq jours. Présentant 12 listes (complètes aux deux tiers au maximum), dix en Wallonie et deux à Bruxelles, le PP espère décrocher ses premiers conseillers communaux et améliorer son score des législatives de 2010 en dépassant les 3 ou 4%, afin d'être présent pour "le grand rendez-vous de la Belgique" en 2014.

Le 14 octobre prochain, les Belges se rendront aux urnes pour voter pour les candidats de leur choix. Depuis plusieurs semaines, les campagnes d'affichages font rage. Et chacun des candidats tente de se faire remarquer comme il peut. Mais devant certaines initiatives quelque peu osées, on ne peut s'empêcher de sourire...

La commune de Herstappe sera la seule en Belgique où les habitants ne devront pas se rendre aux urnes pour les élections communales. En effet, une seule liste comprenant 7 candidats, pour 7 postes à pourvoir, se présente pour le scrutin du 14 octobre. Les habitants du village, situé à proximité de Tongres, devront cependant voter pour les élections provinciales, peut-on lire lundi dans Het Belang van Limburg et Het Laatste Nieuws.

Le sort de Michelle Martin n'avait pas encore été délibéré que déjà le MR accusait le PS d'être responsable de cette libération conditionnelle. En pleine campagne électorale pour les élections communales, les partis ont vite fait s'emparer du débat. Cela aura-t-il un impact sur les résultats du scrutin ? Réponse de Pierre Verjans, politologue à l'ULg.

Un parcours d'intégration pour qui ? Si l'on s'en réfère aux taux de participation aux prochaines élections communales, les communautés turque, marocaine ou congolaise font mieux que celles qui sont venues d'Italie, de France, d'Allemagne ou des Pays-Bas.