Tout sur Élections

Avec l'officialisation de la candidature à la présidentielle d'Eric Zemmour sur la ligne de l'ancien Front national, la bataille est ouverte avec Marine Le Pen pour le leadership de la "famille nationale". Plus d'offre, plus de participation électorale, plus de poids pour la droite radicale ? L'addition n'est pas automatique.

Le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour va annoncer sa candidature à l'élection présidentielle française mardi midi dans une vidéo avant d'être l'invité du JT de 20 heures de TF1, a appris l'AFP lundi soir auprès de son entourage. La candifature du chroniqueur condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale par le passé sera actée à l'issue d'une précampagne agitée et de premiers ressacs dans les sondages.

Il y a trente ans, le 24 novembre 1991, un petit parti flamand d'extrême droite, le Vlaams Blok - rebaptisé Vlaams Belang à la suite d'une condamnation judiciaire - réalisait une percée électorale sans précédent lors des élections législatives, donnant le jour à l'expression de "dimanche noir" dans l'histoire politique belge. Retour sur ce bout d'histoire belge.

Les sociaux-démocrates du SPD, écologistes (Alliance 90/Les Verts) et libéraux (FDP), soit les trois partis qui négocient actuellement la formation d'une coalition en Allemagne, ont indiqué jeudi vouloir parvenir d'ici fin novembre à un accord pour former le nouveau gouvernement dont Olaf Scholz deviendrait le chancelier dans "la semaine du 6 décembre".

Reconduit confortablement président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand poursuit sa route en vue de la présidentielle de 2022. Mais si la droite républicaine veut l'emporter, le chacun pour soi n'est pas une option.

Une chose est sure, le président sortant des États-Unis ne quittera pas son poste volontairement et discrètement. Donald Trump serait déjà en train d'organiser une série d'actions pour contester les résultats de l'élection présidentielle. Pour l'actuel locataire de la Maison-Blanche, il y a eu tricherie, et il ne compte pas en rester là...

Les 20 et 21 septembre, les Italiens sont appelés aux urnes pour s'exprimer, par oui ou par non, sur la réduction du nombre de députés et de sénateurs. Le débat sur le nombre de députés et la démocratie n'est pas nouveau, et en Belgique des idées sont aussi proposées.

Benoit Hamon, candidat socialiste à la présidentielle française, en a fait le point fort de sa campagne : une allocation universelle octroyée indifféremment à tous les Français. Comment compte-t-il mettre en oeuvre cette mesure ? On fait le point.